Rumeurs
Officiel

Mercato OL : Fabio Grosso plus que jamais sur la sellette !

Fabio Grosso avec l'Olympique Lyonnais
Publié le par Jean Bodéré Icon Sport

Dernier de Ligue 1 depuis de nombreuses semaines, l’Olympique Lyonnais n’arrive toujours pas avancer cette saison et pourrait virer son entraîneur pour la deuxième fois pour tenter de repartir de l’avant.

Logiquement défait par Lille (2-0) dimanche dernier, l’Olympique Lyonnais passe une nouvelle semaine en tant que lanterne rouge de Ligue 1 avec seulement sept points pris depuis le début de saison.  Cette série de résultats plus que décevants place l'entraîneur, Fabio Grosso, dans une situation précaire, accentuée par la récente défaite contre Lille où le coach a semblé tâtonner toute la partie en changeant de tactique à de nombreuses reprises. Le constat d'une équipe en manque de progrès depuis son arrivée pourrait entraîner des changements majeurs du côté de l'OL.

Fabio Grosso : des choix tactiques qui posent question

Selon des informations relayées par L'Équipe, l'entraîneur italien pourrait rencontrer le président John Textor cette semaine pour discuter de la situation actuelle du club, actuellement en route à toute vitesse vers la Ligue 2. Depuis la prise de fonction de Grosso en septembre, l'OL n'a pas réussi à décoller malgré la première victoire obtenue contre le Stade Rennais juste avant la trêve internationale. Mais la défaite face à Lille a ravivé les doutes, et le vestiaire commence à montrer des signes de mécontentement. Il semblerait ainsi que les changements fréquents de tactiques et de dispositifs tactiques sèment la confusion au sein de l'équipe.

Les gestions douteuses de Lacazette et Cherki

Toujours selon L'Équipe, des voix commenceraient donc à s'élever dans le vestiaire, pointant du doigt l'incohérence des choix du technicien italien. La gestion des joueurs considérés comme des cadres, tels que Rayan Cherki, Alexandre Lacazette, et Dejan Lovren, suscite également des interrogations. La sortie de Lacazette à la mi-temps du match contre Lille a particulièrement attiré l'attention, alimentant les spéculations sur la stabilité de l'équipe. Cela en plus de la gestion étrange du cas Cherki, un coup titulaire, un autre remplaçant voir laissé de côté du groupe sans réelle logique.

Fabio Grosso sait ce qu'il fait

Mais si ces choix ne cessent d'être discutés, Fabio Grosso semble savoir ce qu'il fait, bien que ces idées ne soient pas répércutées sur le terrain. « On sait que c’est très difficile mais moi je ne me sens jamais perdu. Il y a la place pour batailler, pour essayer. Je reste avec courage, envie, détermination et je compte sur les joueurs qui ont ces caractéristiques. J’essaie de faire mes choix au mieux pour l’équipe. On sait qu’on est derniers, qu’on joue contre le quatrième, il y a une différence sur le terrain. Bien sûr qu’on est fragiles et qu’il y a des choses à améliorer mais on essaie de faire tout pour remonter au classement. Les joueurs qui sont rentrés sont bien rentrés. Malheureusement on perd le match. On sait qu’à notre position on perdra plus de matchs qu’on en gagnera mais il faut en gagner suffisamment pour reprendre les équipes juste devant. Ce n’est pas facile à dire quand on joue pour l’OL mais c’est comme ça », avait notamment déclaré Grosso au micro de Prime Video après la défaite face à Lille.

Bruno Génésio ou Sampaoli pour lui succéder ?

La réunion entre Fabio Grosso et John Textor s'annonce cruciale pour l'avenir de l’ancien coach de Frosinone à la tête de l'OL. Les rumeurs de mécontentement au sein du vestiaire et les résultats mitigés pourraient conduire à une séparation prématurée. Si tel est le cas, l'Olympique Lyonnais serait confronté à la nomination d'un troisième entraîneur en une seule (demi) saison. Les noms de Frédéric Antonetti, Bruno Genesio, et Jorge Sampaoli circulent, bien que la direction les ait démentis.


Supporter de l'En Avant de Guingamp, le meilleur des clubs Bretons, je préfère rencontrer Yannis Salibur, Cristophe Kerbrat ou Jeremy Sorbon plutôt que Cristiano Ronaldo, Lionel Messi ou Sergio Ramos.

Photo de Jean Bodéré