Rumeurs
Officiel

FC Nantes : Waldemar Kita ne regrette pas d’avoir viré Pierre Aristouy

Aristouy-Nantes-inquiet-jpg
Publié le par Jean Bodéré Icon Sport

Alors qu’il vient d’annoncer la nomination d’Antoine Kombouaré pour remplacer Jocelyn Gourvennec au FC Nantes, Waldemar Kita a évoqué la gestion du cas Pierre Aristouy.

Le FC Nantes s’apprête à connaître son troisième entraîneur de la saison. Après avoir rapidement licencié Pierre Aristouy pour le remplacer par Jocelyn Gourvennec, voici que ce dernier vient d’être remercié pour laisser sa place à Antoine Kombouaré. Un jeu de chaises musicales dont le FC Nantes commence à nous habituer depuis de nombreuses années maintenant. Seulement, avec Pierre Aristouy, les Canaris semblaient être bien lancés pour passer une saison entière sous ses ordres. Si le bilan n’était pas extraordinaire, le natif de Mont-de-Marsan parvenait à maintenir cette équipe à flot et en-dehors de la zone de relégation. Mais visiblement, le bilan n’était pas assez bon pour la famille Kita.

Kita ne regrette « pas du tout » d’avoir viré Aristouy

Ainsi, le 29 novembre dernier et seulement quatre mois après le début de saison, Aristouy a été démis de ses fonctions à la surprise générale. Une décision qui semble d’autant plus précipité désormais que Jocelyn Gourvennec a lui aussi plié bagage avec un bilan bien plus catastrophique que son homologue en Ligue 1 (10 points pris en 13 journées). Seulement, au cours d'un entretien accordé à L’Équipe, Waldemar Kita est revenu sur l’éviction de Pierre Aristouy. Et le moins que l’on puisse dire c’est que le propriétaire nantais ne semble pas avoir de remords. « Si je regrette d’avoir remplacé Pierre Aristouy ? Pas du tout. Avec Jocelyn, j'ai découvert un mec extraordinaire, apprécié de tout le monde. J'ai rarement eu un entraîneur aussi à l'écoute, dans la construction. »


Supporter de l'En Avant de Guingamp, le meilleur des clubs Bretons, je préfère rencontrer Yannis Salibur, Cristophe Kerbrat ou Jeremy Sorbon plutôt que Cristiano Ronaldo, Lionel Messi ou Sergio Ramos.

Photo de Jean Bodéré