Rumeurs
Officiel

La réaction de Luis Enrique après le match nul du PSG

Luis Enrique sur le banc du PSG
Publié le par Jean Bodéré Icon Sport

Avec la présence de Kylian Mbappé sur le banc au début de la rencontre, le PSG n’a pas décroché mieux qu’un match nul contre le Stade de Reims.

Le Paris Saint-Germain est à la traîne en Ligue 1. Si le PSG est parvenu à se qualifier aisément pour les quarts de finale de Ligues des Champions ce mardi, en championnat, les Parisiens semblent avoir plus de mal ces dernières semaines. Pour preuve, avec le nouveau match nul acquis contre Reims ce dimanche (2-2), le PSG vient d’enregistrer un troisième match consécutif sans succès après les matchs nuls face à au Stade Rennais (1-1) et l’AS Monaco (0-0). Un coup de frein qui ne devrait néanmoins pas les empêcher de glaner un nouveau titre de champion de France avec leurs dix points d’avance sur le Stade Brestois. Mais cette dynamique n’a pas intérêt à se pérenniser alors que le PSG affrontera l’OGC Nice dès mercredi en coupe de France et connaîtra très bientôt son futur adversaire en Ligue des Champions. 

« On a été meilleurs qu’eux »

En attendant, malgré ce résultat nul, Luis Enrique s’est voulu plutôt rassurant et enthousiaste vis-à-vis de la performance de son équipe. « Je pense qu’on a été meilleurs qu’eux, on a bien réagi après le premier but, on s’est créé des occasions. Je pense qu’on méritait de gagner. Mais en football, il faut être prêt : des matchs difficiles sont à venir, on doit être préparés. Si le turnover est en cause ? Je ne pense pas. C’est la manière dont je manage mon équipe. Je suis très heureux de la mentalité des joueurs, lors de toute la saison. Il y a la bonne mentalité. (…) Parfois on fait des erreurs et on a été puni pour ça. Tous les joueurs qui ont joué aujourd’hui, tout le monde a eu la bonne attitude. »


Supporter de l'En Avant de Guingamp, le meilleur des clubs Bretons, je préfère rencontrer Yannis Salibur, Cristophe Kerbrat ou Jeremy Sorbon plutôt que Cristiano Ronaldo, Lionel Messi ou Sergio Ramos.

Photo de Jean Bodéré