Rumeurs
Officiel

Jean-Louis Gasset reçoit les éloges d’Emerse Faé

GASSET À L'OM
Publié le par Jean Bodéré Icon Sport

Licencié de la sélection de Côte d’ivoire après les poules de la CAN, Jean-Louis Gasset a reçu les éloges de son successeur à la tête des Éléphants.

Que seraient devenus l’Olympique de Marseille et la Côte d’Ivoire si Jean-Louis Gasset était resté à la tête de la sélection ivoirienne à l’issue des poules ? Une question qui restera à jamais sans réponse mais qui a le mérite de se poser tant l’avenir des deux équipes a été complètement chamboulé après le départ puis l’arrivée du technicien de 70 ans. Pour rappel, avant de prendre la tête de l’OM avec la réussite qu’on lui connaît, Jean-Louis Gasset a été le sélectionneur de la Côte d’Ivoire lors de la dernière CAN remportée par les Éléphants, à domicile. Seulement, le coach français n’a pas pris part au sacre lors de la finale, lui qui a été licencié après s’être qualifié de justesse pour les huitièmes de finale.

« On lui a enlevé toutes ses qualités de meneur d’hommes et de coach »

Remplacé dans la foulée par Emerse Faé, son adjoint, Gasset n’a pu que regarder de loin son ancienne équipe se transformer petit à petit pour finir championne d’Afrique. Vivement critiqué en Côte d’Ivoire après ses résultats en-deçà des attentes, Jean-Louis Gasset a pourtant reçu ce jeudi, le soutien de son ancien adjoint, toujours à la tête de la sélection. « On l’a critiqué et insulté de papy juste parce que c’est une bonne personne et qu’il est paternel. On lui a enlevé toutes ses qualités de meneur d'homme et de coach. Juste parce qu’il a son âge. Ce sont des personnes qui n’ont pas d’arguments, qui veulent parler et se faire remarquer. Après chaque match pendant la CAN 2023, il m’envoyait des messages pour me féliciter et me dire ce que je faisais était très fort. Inversement, je l’ai félicité quand il a signé à l’OM. »


Supporter de l'En Avant de Guingamp, le meilleur des clubs Bretons, je préfère rencontrer Yannis Salibur, Cristophe Kerbrat ou Jeremy Sorbon plutôt que Cristiano Ronaldo, Lionel Messi ou Sergio Ramos.

Photo de Jean Bodéré