Rumeurs
Officiel

OM-Nice : « Ce n’est pas possible », l’énorme coup de gueule de Daniel Riolo sur l’arbitrage (Vidéo) !

OM-Nice-2024-arbitrage-Riolo-jpg
Publié le par Melvin Moya Icon Sport

Lors du débrief OM-Nice sur l’After Foot (RMC) mercredi soir, Daniel Riolo s’est indigné des erreurs d'arbitrage commises par Jérémie Pignard. 

À la sortie du match nul entre l'OM et l'OGC Nice (2-2) mercredi soir - un résultat qui ne fait les affaires de personne dans la course à l'Europe -, les deux équipes ont exprimé leur frustration envers l'arbitrage. Il faut dire que l'expulsion controversée de Faris Moumbagna avant la pause et le penalty litigieux accordé à l'OM en seconde période suscitent beaucoup de débats. Dans l'After Foot, Daniel Riolo s'est une fois de plus livré à une violente critique envers Jérémie Pignard, mais aussi de manière générale envers les arbitres français.

La colère noire de Daniel Riolo contre l'arbitrage lors d'OM-Nice

« Ce n’est pas possible… Les erreurs d’arbitrage sont de plus en plus graves. Ce n’est plus une petite question d’appréciation, là. Si ce soir, il existe une seule personne pour nous dire qu’il y a penalty pour l’OM, je veux l’entendre. Je veux connaître l’argument. Et pareil pour le deuxième carton jaune de Moumbagna. De la compensation ? On ne peut pas raisonner comme ça. L’arbitrage ne peut pas se faire avec de la compensation. C’est une addition d’incompétences, là. Les erreurs sont trop grosses. Que le chef de l’arbitrage en France vienne nous expliquer les décisions de ce soir » s’est indigné le journaliste de RMC. Souvent évoqué, le problème de l'arbitrage français persiste et rien ne semble avoir été fait pour satisfaire les 18 clubs de l'élite, qui sont remontés ou presque chaque week-end contre des décisions litigieuses.

L'extrait vidéo


Fan inconditionnel de la Coupe de France et de Football Manager. Passé par WebGirondins, Daily Sports, BeIN Sports et Quinze Mondial, je me lance dans cette nouvelle aventure avec l'idée de rester aussi longtemps sur ce site que Alex Ferguson à Manchester United.

Photo de Melvin Moya