Rumeurs
Officiel

Mercato OM : Balotelli ferme la porte à Brescia, pas à Marseille

logo-daily-mercato
Publié le par Fabien Borne

Dans un entretien accordé au Canal Football Cub, Mario Balotelli a évoqué son avenir. S'il ferme la porte à une arrivée à Brescia la saison prochaine, il n'exclut pas en revanche de rester à l'OM.

En fin de contrat à Marseille au 30 juin, Mario Balotelli entretient le mystère concernant son avenir. S'il a posté un message ambigu sur les réseaux sociaux hier, l'Italien a évoqué plus clairement son avenir dans un entretien accordé au Canal Football Club et réalisé avant la dernière journée face à Montpellier.

"Est-ce que je veux rester à Marseille ? Je ne sais pas, on verra. Ce que je veux faire ? On verra, je n'y pense pas encore", a-t-il d'abord répondu, avant de préciser qu'il n'avait pas encore parlé avec les dirigeants de l'OM : "Non, je ne sais pas ce qu'ils veulent faire, nous n'en avons pas parlé. Mais je crois que c'est parce que nous sommes tous concentrés sur le championnat, on attend de finir le championnat et ensuite nous parlerons, c'est sûr."

L'OM est une option, pas Brescia

Puis, Balotelli a laissé la porte ouverte à une nouvelle saison à l'OM : "Oui, bien sûr, ça peut être une option. Pourquoi pas ? Je me suis toujours bien senti ici, pourquoi est-ce que je devrais dire non ?", a-t-il glissé, lui qui était quand même plus affirmatif sur son envie de rester il y a deux mois dans un entretien à La Provence.

Interrogé aussi par Canal + sur la possibilité de signer à Brescia, une ville où il a grandi et dont le club est de retour en Serie A, Mario Balotelli a clairement fait comprendre que ça ne serait pas pour cet été : "Jouer un jour à Brescia, oui, mais l'année prochaine, je ne pense pas". Une aubaine pour l'OM ?

L'OM doit-il tenter de garder Balotelli ?
Sondage
Voter

Fondateur du site Daily Mercato en 2015 avec mon frère. Passionné de football depuis enfant et passé par plusieurs grands médias en ligne avant de lancer mon propre site dédié à l'actualité du foot et du mercato.

Photo de Fabien Borne