Rumeurs
Officiel

LDC : l'énorme pactole promis au futur vainqueur

La coupe aux grandes oreilles
Publié le par Clément Vales Icon Sport

Déterminée à contrer l’émergence de la Super League, l’UEFA a réformé sa Ligue des Champions, avec une promesse : plus de matchs et plus d’argent.

Depuis sa création, l’organisation du football a été sujette à de multiples changements. Ces dernières années, il est vrai que tout semble s’accélérer. Élargissements de l’Euro, de la Coupe du Monde et de la CAN, créations de nouvelles compétitions, presque tout y passe au niveau du football des nations. Celui des clubs n’est pas en reste non plus, l’UEFA ayant modifié à plusieurs reprises les formats de ses compétitions au long de son histoire.

Une meilleure recette globale

Alors, quand l’instance européenne a vu l’émergence de la Super League orchestrée par des clubs frondeurs réclamant davantage de revenus, elle a choisi de réformer la reine de ses tournois, la Ligue des Champions, avec la promesse de recettes nettement supérieures à celles d’aujourd’hui. Ainsi, pour la période 2024-2027, les 36 clubs engagés se partageront un montant global de 2,467 milliards d’euros, contre 2,032 milliards d'euros cette saison pour les 32 équipes en lice au démarrage de la phase de poules.

Ce samedi, L’Équipe nous en apprend un peu plus sur la manière dont le magot sera réparti. Pour la prochaine saison, qui actera donc le passage au nouveau format, n’importe quel club qualifié en C1 percevra 18,6 millions d’euros, soit 3 de plus qu’actuellement. Chaque victoire durant la phase de poule au système suisse rapportera 2,1 millions d’euros, tandis qu’un nul générera 700 000 euros. Des montants légèrement inférieurs à ceux d’aujourd’hui justifiés par l’augmentation du nombre de matchs par équipe durant la première phase : 8 au minimum contre 6 actuellement.

En route vers la finale

En fonction de son classement dans la phase de poule, chaque club percevra jusqu'à 10 millions d'euros, avec un bonus de 2 millions d'euros s'il se classe parmi les 8 premiers. Les équipes qualifiées pour les huitièmes de finale recevront 11 millions d'euros, tandis que les quarts de finale offriront une dotation de 12,5 millions d'euros, et les demi-finales 15 millions d'euros. Le vainqueur de la compétition recevra 25 millions d'euros, avec un bonus supplémentaire de 4 millions d'euros pour le finaliste et 5 millions d'euros pour le vainqueur en cas de participation à la Super Coupe d'Europe.

Le pactole à 130 millions d’euros

En totalisant ces montants, une équipe réalisant un parcours sans faute pourrait amasser jusqu'à 116 millions d'euros. À cela s'ajouteront les recettes du "market pool" provenant des droits télévisés et du sponsoring, valorisées à environ 20 millions. En fin de compte, le vainqueur de la Ligue des Champions 2025 pourrait accumuler plus de 130 millions d'euros. Ce joli pactole sera-t-il suffisant pour contrer l'émergence de la Super League ? Pas si évident...


Mon action favorite ? Un une-deux entre les bords de la Garonne et les potreros du Río de la Plata. Supporter du TéFéCé et socio d'Argentinos Juniors. 

Photo de Clément Vales