Rumeurs
Officiel

Dortmund-PSG : Luis Enrique craint le pire pour Lucas Hernandez

Luis-Enrique-BVB-PSG
Publié le par Clément Vales Icon Sport

En ballottage défavorable après sa défaite en demi-finale aller de la Ligue des champions face au Borussia Dortmund (1-0), le Paris Saint-Germain pourrait être privé de Lucas Hernandez au retour. Luis Enrique, l'entraîneur parisien, a exprimé son inquiétude concernant l'état du genou de son défenseur.

La 36e minute de jeu aura été lourde de conséquences pour l'équipe parisienne. Rembobinons. Lancé dans le dos de la défense du PSG, Niclas Füllkrug réalisait un bel enchaînement, avec un contrôle suivi d'une puissante demi-volée du pied gauche pour tromper la vigilance de Gianluigi Donnarumma. Sur l'action, Lucas Hernandez tentait alors un tacle pour empêcher l'attaquant allemand de déclencher. En vain. Le buteur célébrait l'ouverture du score, pendant que le numéro 21 parisien souffrait au sol, meurtri par une torsion du genou. Après avoir tenté en vain de reprendre sa place, le défenseur a été contraint de sortir. Une tuile qui a suscité chez Luis Enrique un soupçon d'inquiétude à l'issue du match.

Luis Enrique pessimiste pour Lucas Hernandez

Interrogé par Canal+ Foot sur l'état de santé de l'international tricolore (37 sélections), le coach espagnol a réagi : « Je n'ai aucune nouvelle de Lucas Hernandez. Ça n'a pas l'air très positif. Mais nous allons attendre que les médecins l'analysent. » Pour rappel, Lucas Hernandez avait été victime d'une rupture du ligament croisé du genou droit lors de la Coupe du Monde au Qatar. Cette fois-ci, le Parisien s'est plaint du genou gauche, à quelques semaines de l'Euro 2024 en Allemagne.

« Le vestiaire est un peu affecté »

Luis Enrique a également partagé ses premières impressions sur la défaite concédée : « C'est le football. Souvent, c'est merveilleux. D'autres fois, cela se passe ainsi. Nous aurions préféré être dans une meilleure situation. Ce fut un match équilibré. (...) Nous savions que ce ne serait pas facile. Le vestiaire est un peu touché. À Paris, nous serons très forts et nous n'avons rien à perdre. » Le technicien a ensuite expliqué de manière laconique le positionnement axial d'Ousmane Dembélé, dans la lignée du rôle qui lui avait été demandé lors du huitième de finale retour contre la Real Sociedad : « Ousmane, avec sa manière de défendre, nous savions qu'il pouvait défendre sur Can. Nous voulions avoir un peu de profondeur derrière et bloquer Füllkrug. » Il est fort probable que ce choix tactique soit largement commenté et débattu jusqu'au match retour, prévu mardi prochain au Parc des Princes.


Mon action favorite ? Un une-deux entre les bords de la Garonne et les potreros du Río de la Plata. Supporter du TéFéCé et socio d'Argentinos Juniors. 

Photo de Clément Vales