Rumeurs
Officiel

PSG-OL : Luis Enrique dithyrambique après le récital des Parisiens

PSG-Enrique-OL-décla-2024-jpg
Publié le par Melvin Moya Icon Sport

Large vainqueur de l’OL dimanche soir (4-1), le PSG a conforté encore un peu plus sa place de leader de Ligue 1. Et pourrait acter son 12ème titre de champion de France dès ce mercredi face au FC Lorient. 

Étouffante, emballante, enthousiasmante, parfaite, grisante… Les qualificatifs ne manquent pas pour qualifier la leçon infligée par le PSG à l’OL (4-1), dimanche lors du choc de clotûre de la 30ème journée. Profitant des espaces laissés par la défense rhodanienne, les Parisiens ont plié l’affaire en 45 minutes, avec quatre buts inscrits sans ses deux principaux poils à gratter : Ousmane Dembélé et Kylian Mbappé. De quoi forcément enjouer Luis Enrique. Au micro de Prime Video, l’entraîneur parisien a salué la copie livrée par ses hommes qui ont fait preuve selon lui de beaucoup de professionnalisme. 

« Quand vous êtes professionnel, vous n'avez qu'à vous battre pour chaque match »

« Je pense qu'on a démarré la rencontre au très haut niveau. On a réussi à conserver la balle. Je suis très content du résultat et de la semaine. Parfois, il y a une connexion. Après le match contre le Barça, on ne sait pas comment ça va se passer (la rencontre d'après). Je suis très confiant et heureux. Quand vous êtes professionnel, vous n'avez qu'à vous battre pour chaque match. Il faut aussi donner de la confiance aux joueurs. C'est toujours la même chose. Le travail, la course, le combat pour l'équipe et les supporters. C'est comme ça » a déclaré l’Asturien. Mercredi, le PSG pourrait s’offrir un 12ème titre de champion de France à son palmarès en cas de victoire au FC Lorient et un résultat négatif de l’AS Monaco face au LOSC dans le même temps.


Fan inconditionnel de la Coupe de France et de Football Manager. Passé par WebGirondins, Daily Sports, BeIN Sports et Quinze Mondial, je me lance dans cette nouvelle aventure avec l'idée de rester aussi longtemps sur ce site que Alex Ferguson à Manchester United.

Photo de Melvin Moya