Rumeurs
Officiel

PSG : les folles confidences de Kurzawa sur sa prolongation

Layvin Kurzawa (PSG) interview média carré
Publié le par Clément Vales Icon Sport

Libre de tout contrat à l’issue de la saison, Layvin Kurzawa s’est entretenu avec le Media Carré. L’occasion pour l’arrière-gauche de revenir sur sa prolongation surprise au PSG en 2020 et sur ses désirs futurs.

Revoilà Layvin Kurzawa. Absent des terrains depuis les huit petites minutes disputées avec le Paris Saint-Germain en août dernier lors de la 1ère journée de championnat, le gaucher de 31 ans est revenu sur un événement ayant mis en lumière, à l’époque, la gestion hasardeuse de certains dossiers par les dirigeants du PSG. En 2020, alors que son temps de jeu diminuait, Kurzawa s’était vu offrir une étonnante prolongation de contrat de 4 ans, assortie d’une augmentation salariale.

Kurzawa n’a pas compris sa prolongation surprise au PSG

« Cette prolongation, je ne l’ai pas comprise moi non plus », a-t-il concédé au Média Carré. « J’étais chez moi et à cette époque, il y avait un transfert avorté avec la Juventus. Le jet était prêt pour Turin et mon ancien agent m’appelle pour me dire que Paris veut me prolonger de quatre ans. Je me pose aussi la question de ce qu’il s’est passé. On t’offre ça, bien sûr que je ne vais pas dire non. Qui dit non à un contrat où on t’augmente, etc. À cette époque, j’avais joué certains matches. Pour mes enfants et tout ce qui m’entoure, on m’offrait quatre ans de stabilité. Je pensais aussi que je pouvais regagner ma place. Mais si c’était à refaire, je ne l’aurais pas fait. Je ne dirais pas que c’est une erreur, je dirais que j’aurais dû y réfléchir davantage », a-t-il ensuite expliqué, lui qui a porté le maillot des Bleus à 13 reprises.

Monaco s’est renseigné mais…

En fin de contrat au PSG après neuf années entrecoupées d’un prêt d’une saison à Fulham (2022-2023), Layvin Kurzawa s’est également exprimé sur son avenir. Le natif de Fréjus évoque les options qui se présentent à lui : le Real Betis, le Séville FC, une formation de Premier League ou encore l’AS Monaco, son ancien club. Toutefois, une nouvelle expérience en Ligue 1 est écartée.

Et Kurzawa d’en détailler les raisons : « Il y a beaucoup de clubs français qui se sont approchés, mais la France, pour moi, j’ai vraiment mis une croix dessus », confie-t-il avant d’argumenter : « Je sais l’image qu’on a de moi en France. Ce n’est pas la bonne image. Je pense qu’on a l’image de moi comme d’un mauvais garçon. » Avant de conclure sur une note toute en modestie : «  Le côté tatoué ? Oui, et je ne suis pas moche non plus, il faut le dire. Quand tu as de l’argent, que tu n’es pas moche, que tu joues au football, en France, ils n’aiment pas. » Au moins, c’est dit.


Mon action favorite ? Un une-deux entre les bords de la Garonne et les potreros du Río de la Plata. Supporter du TéFéCé et socio d'Argentinos Juniors. 

Photo de Clément Vales