Livescores Transferts France Étranger Coupes d'Europe International

Pourquoi Lemar doit être titulaire en équipe de France

lemar-france-kaza
Publié le 31/03 par Elton Mokolo Icon Sport

De retour en grâce à l'Atlético de Madrid, Thomas Lemar a confirmé sa bonne forme sous le maillot bleu qu'il retrouvait après un an d'absence. Et a montré face au Kazakhstan qu'il aurait son mot à dire pour entrer dans le onze de départ des champions du monde dans la perspective de l'Euro.

La victoire face au Kazakhstan, acquise sur le score de 2-0, n’a pas délivré de grands enseignements collectifs pour les Bleus, mais a permis à des joueurs de se distinguer individuellement. Si Ousmane Dembélé est sorti avec les principales félicitations, un autre pensionnaire de Liga s’est également mis en avant en la personne de Thomas Lemar. Oui, vous avez bien lu, le milieu de l’Atlético de Madrid. Sa performance du côté de l’Astana Arena a été diversement appréciée au sein des suiveurs de l’équipe de France et/ou autres spécialistes.

A titre personnel, ça a été l'occasion d’une discussion prolongée avec mon ami Walid Acherchour en émission quand il a été question de son évaluation. Jugé neutre, sans prise de risque notable, peu spectaculaire et surtout pas décisif par ses détracteurs d’un soir, le match de Thomas Lemar délivre pourtant une autre appréciation susceptible d’intéresser les Bleus à court terme face à la Bosnie ce mercredi. Et à moyen terme dans la perspective de l’Euro en juin prochain.

Une nouvelle caution technique pour les Bleus

Positionné dans un rôle théorique d’ailier gauche, le champion de France 2017 a en pratique passé la majeure partie de son temps à dézoner pour revenir à l’intérieur du jeu, faisant office d’autre caution technique du double champion du monde avec Antoine Griezmann et Paul Pogba. Un rôle qui a permis à Lemar de donner de la continuité au jeu de l’EDF, à défaut d’être décisif dans la zone de vérité. Un rôle qui se rapproche de celui qu’il occupe à l’Atlético de Madrid où s’il n’est pas aux premières loges pour marquer ou faire une passe décisive, son apport est tout aussi crucial dans la bonne marche de l’actuel leader de Liga.

"J’ai voulu retrouver mon style, ma manière de jouer. Ce replacement axial me permet d’être plus libre, de retrouver mes phases de jeu, où je peux aller à gauche, à droite, garder le ballon, le toucher plus souvent plutôt qu’une fois toutes les quinze minutes sur un côté". C’est par ces mots, dans les colonnes de France Football en janvier dernier, que Lemar décrivait son retour en grâce du côté de l’Atlético où il avait une place de choix dans le 3-5-2 concocté par Simeone, où il avait toute latitude avec ce rôle sur mesure pour davantage toucher de ballons et être davantage utile.

Plus qu'une alternative à Rabiot

Alors bien sûr, l’équipe de France n’est pas l’Atlético de Madrid. Mais pour autant, dans cette équipe de France ‘’asymétrique’’ depuis 2018, Thomas Lemar a un rôle à jouer en tant que titulaire dans ce rôle particulier de milieu hybride. S’il n’incarne pas la continuité d'un Blaise Matuidi comme un Adrien Rabiot qui a les faveurs de Didier Deschamps pour ce poste, l’ancien Caenais a d’autres qualités à faire valoir, comme sa mobilité entre les lignes, sa qualité de passe, sa capacité à améliorer la possession de balle de son équipe.

En d’autres termes, Lemar est un facilitateur sur le terrain. Un joueur qui, certes, ne prend pas la lumière par des actions déterminantes aux abords de la surface, sa marge de progression, mais qui dans des zones plus reculées donne plus de sens à l’animation offensive et défensive de son équipe. Un joueur capable de se muer en troisième milieu de terrain axial puis d’être le premier joueur à harceler la relance adverse comme on a pu le voir à quelques reprises sur la pelouse de l’Astana Arena. Un profil bienvenu pour l’EDF à qui on laisse davantage le ballon pour mieux pouvoir la contrer et qui a besoin d’augmenter sa créativité dans le camp adverse.

Après une longue traversée du désert footballistique, Lemar est (re)devenu un joueur important pour l’Atlético de Madrid et ne demande qu’à prendre du galon en sélection. La Bosnie serait l’occasion de voir ce net regain de forme avant d'envisager de jouer un rôle plus important à l'Euro. Ce serait le meilleur moyen de reprendre un rôle qui lui tendait les bras avant le Mondial 2018, mais qu'il n’avait pu avoir en raison de performances pas satisfaisantes.