Rumeurs
Officiel

OL : la réponse pleine de modestie de Pierre Sage sur son absence aux trophées UNFP

Pierre-Sage-OL 040524
Publié le par Clément Vales Icon Sport

Absent parmi les cinq nommés au titre du meilleur entraîneur de l’année, Pierre Sage a réagi ce samedi en conférence de presse. Pas fan des distinctions individuelles, le coach de l’OL s’interroge néanmoins sur les critères d’éligibilité.

À Lyon, son nom rime avec résurrection. Appelé à prendre l’intérim du banc de l'Olympique Lyonnais en décembre dernier alors que la Ligue 2 lui ouvrait les bras, Pierre Sage a réussi l’authentique exploit de sauver le club rhodanien. Une performance historique puisque c'est la première fois qu'une équipe se maintient dans l'élite avec 7 points après 14 journées. Mieux que ça, l’ancien directeur de la formation lyonnaise a amené les Gones jusqu’en finale de la Coupe de France - prévue le 25 mai face au PSG -, et replacé les siens (8èmes au classement) en mesure de prétendre à une place européenne sur la fin du championnat.

Un bilan aussi satisfaisant que surprenant, surtout pour John Textor qui avait un tout autre plan en tête concernant le futur du banc lyonnais. Mais Pierre Sage s’est gagné une légitimité qui devrait lui assurer une continuité. En revanche, cette légitimité ne transparaît pas à la lecture des nommés pour le trophée UNFP du meilleur entraîneur.

Pierre Sage (OL) oublié de la liste

Dans la catégorie des techniciens, Luka Elsner (Le Havre), Luis Enrique (PSG), Franck Haise (Lens), Eric Roy (Brest) et Paulo Fonseca (LOSC) lui ont été préférés. Une surprise pour Pierre Sage ? « Pas du tout », a répondu ce samedi l’intéressé en conférence de presse. « Vous savez, j’ai une relation très particulière avec les statistiques individuelles et les classements individuels. C’est quelque chose qui ne m’interpelle pas du tout au final. Ça a fait un peu de bruit, on m’a dit que c’était relatif au fait que je n’étais pas là au début de saison et que je n’avais pas le diplôme. Je félicite les coachs retenus », a poursuivi, plein de modestie, le successeur de Fabio Grosso.

Notons toutefois que son voisin de Saint-Étienne, Olivier Dall’Oglio, arrivé sur le banc de l’ASSE après sa nomination à l'OL, figure parmi les candidats au titre de meilleur entraîneur de Ligue 2, mettant à mal la théorie du nombre de matchs joués.

Le meilleur entraîneur, un choix subjectif

Adepte d’une approche intellectualisée du football, Pierre Sage s’est alors questionné sur les critères d’éligibilité à une telle distinction : « Il faudra m’expliquer ce que c’est d’être le meilleur entraîneur. Quand on élit le meilleur entraîneur sans avoir assisté à une de ses séances alors que le métier d’entraîneur dit qu’il faut entraîner, ça me questionne. On va élire quelqu’un sans l’avoir vu exercer », a déclaré celui qui passera son BEPF cet été. Le débat a le mérite d'être lancé.


Mon action favorite ? Un une-deux entre les bords de la Garonne et les potreros du Río de la Plata. Supporter du TéFéCé et socio d'Argentinos Juniors. 

Photo de Clément Vales