Rumeurs
Officiel

OL : John Textor perd 6 M€

John Textor OL zoom
Publié le par Jean Bodéré Icon Sport

John Textor va sûrement pouvoir s’asseoir sur six millions d’euros après le scandale d’un ancien joueur de l’Olympique Lyonnais.

L’Olympique Lyonnais souhaite se montrer lors de ce mercato estival, tant du côté des départs que d'arrivées. En effet, le club vient d’officialiser les signatures de Moussa Niakhaté en provenance de Nottingham Foreste contre 32 millions d’euros et d’Abner Vinicius du Betis Séville contre 9 millions d’euros. Mais si le mercato lyonnais est encore loin d’être terminé, les Gones souhaitent surtout renflouer leurs caisses en récupérant près de 100 millions d’euros grâce à la vente de joueurs cet été. Ce pourrait être le cas avec les départs de Rayan Cherki, Jake O’Brien, Nicolas Tagliafico ou encore Maxence Caqueret. Mais le club aurait pu aussi compter sur un joli chèque obtenu grâce à l’un de ses anciens joueurs : Lucas Paqueta. 

Paqueta vers Flamengo

En effet, le joueur qui a quitté l’OL pour West Ham est parti avec un pourcentage sur une potentielle plus-value de près de 10%. Une somme qui aurait pu atteindre 6 millions d’euros grâce à une potentielle vente à Manchester City qui lorgnait sur le milieu de terrain et qui était prêt à payer sa clause libératoire de 100 millions d’euros. Mais tout cela avant le scandale qui frappe Lucas Paqueta, accusé d’avoir expressément pris des cartons jaunes pour aider ses proches à remporter des paris sportifs. Un scandale qui pourrait le suspendre de longue année par la fédération anglaise et qui a donc logiquement annulé toute transaction vers les SkyBlues pour le joueur qui devrait finalement rejoindre Flamengo au Brésil pour partir loin de ce scandale. Et il ne fait nul doute que Flamengo ne déboursera pas autant Manchester City pour se l’offrir.


Supporter de l'En Avant de Guingamp, le meilleur des clubs Bretons, je préfère rencontrer Yannis Salibur, Cristophe Kerbrat ou Jeremy Sorbon plutôt que Cristiano Ronaldo, Lionel Messi ou Sergio Ramos.

Photo de Jean Bodéré