Récap mercato Livescore France Étranger Coupes d'Europe International

Mercato OM : De Zerbi, Marcelino, Stéphan, le point sur les autres rumeurs

marcelino
Publié le 02/07 par Marius Cassoly Icon Sport

Si Igor Tudor (libre) a été érigé en priorité de l'OM pour remplacer Jorge Sampaoli sur le banc du club marseillais, d'autres noms sont apparus ces dernières heures.

Moins de 24 heures après l'officialisation du départ surprise de Jorge Sampaoli, l'OM a déjà fixé sa priorité pour remplacer le technicien argentin sur le banc du club marseillais : il s'agit de l'entraîneur croate Igor Tudor, 44 ans, libre de tout contrat après une belle saison avec l'Hellas Vérone, 9e de Serie A. Mais au-delà de cette piste qui semble donc tenir la corde, plusieurs autres noms ont fuité ces dernières heures.

Dont celui de Roberto De Zerbi, au point mort avec le Shakhtar Donetsk depuis la suspension du championnat ukrainien. Si Mohamed-Toubache Ter et Foot Mercato ont annoncé que l'OM avait contacté l'entraîneur italien de 43 ans, d'autres sources comme Fabrizio Romano ou encore RMC Sport s'accordent à dire le contraire. "Longoria a pensé à De Zerbi mais il n'a finalement pas approfondi cette piste", assure de son côté La Provence, tandis que L'Équipe se contente de glisser le nom du technicien sans développer.

Le nom de Marcelino (56 ans), libre de tout contrat depuis son départ de l'Athletic Bilbao, a également fuité, d'abord sur les réseaux sociaux comme une simple suggestion puis dans la presse, sans rien de très concret toutefois. Selon RMC Sport, cette piste n'a pas encore été approfondie par Pablo Longoria, qui connaît pourtant bien l'entraîneur espagnol, les deux hommes s'étant côtoyés à Valence. Même son de cloche du côté de La Provence, qui évoque pourtant "une piste logique, voire naturelle" mais qui n'a "jamais été exploitée".

Enfin, le nom de Julien Stéphan (41 ans), sous contrat avec Strasbourg jusqu'en 2024, a également été cité. D'abord par L'Équipe puis par La Provence. "Longoria a songé un temps à Stéphan, dont l'excellent travail à Rennes ou à Strasbourg n'est pas passé inaperçu", rapporte ainsi le quotidien régional.