Rumeurs
Officiel

Mercato OL : Anthony Lopes prêt à jouer un sale coup à John Textor !

Anthony Lopes envisage de rester à l'OL
Publié le par Jean Bodéré Icon Sport

L’emblématique gardien de l’Olympique Lyonnais pourrait bien jouer un sale coup à son nouveau président en vue de la saison prochaine.

Contrairement à Alexandre Lacazette, la magnifique histoire d’Anthony Lopes avec l’Olympique Lyonnais pourrait terminer en eau de boudin. En effet, le mythique portier des Gones, présent au club depuis l’année 2000 alors âgé de seulement 10 ans, pourrait être décidé à jouer un sale coup à John Textor. En effet, c’est Le Progrès qui a dévoilé cette information ce mercredi. Du côté du président lyonnais, l’idée est claire. Il faut vendre Anthony Lopez ou le libérer de sa dernière année de contrat pour installer durablement Lucas Perri. Arrivé l’hiver dernier en provenance de Botafogo, le brésilien était le remplaçant du portugais et titulaire seulement en coupe de France. Mais à 26 ans, John Textor souhaiterait lui accorder sa confiance et surtout ne pas lui imposer un numéro 2 encombrant que pourrait être Anthony Lopes.

Anthony Lopes prêt à rester à l’OL

Mais le principal concerné ne l'entend pas de la même oreille. À un an de la fin de son contrat, Anthony Lopes pourrait bien décider d’honorer sa dernière pige avant de s’envoler vers d’autres cieux. Néanmoins, certains clubs de Ligue 1 ont déjà manifesté leur intérêt à l’égard du portier de 33 ans. Seul problème, Anthony Lopes ne compte pas voir baisser son salaire pour profiter de son dernier gros contrat qui émarge à 400 000 euros par mois. Une somme difficile à sortir pour la majeure partie des équipes du championnat, d’autant plus que la question des droits TV n’est toujours pas répondue. Lopes semble donc parti pour rester sur le banc lyonnais pour y mettre son grain de sel.


Supporter de l'En Avant de Guingamp, le meilleur des clubs Bretons, je préfère rencontrer Yannis Salibur, Cristophe Kerbrat ou Jeremy Sorbon plutôt que Cristiano Ronaldo, Lionel Messi ou Sergio Ramos.

Photo de Jean Bodéré