Rumeurs
Officiel

Les dessous du départ imprévu de Matz Sels de Strasbourg à Nottingham Forest

Matz Sels a quitté le RCSA
Publié le par Clément Vales Icon Sport

À l’occasion du match d’ouverture de la 20ème journée de Ligue 1 entre Strasbourg et le PSG (1-2), le président alsacien Marc Keller a livré ses vérités sur le transfert rocambolesque de Matz Sels, parti à Nottingham Forest dans les ultimes instants du mercato.

C'était la première rencontre à la Meinau depuis la clôture officielle du mercato hivernal. Alors que les supporters du Racing ont exprimé, vendredi soir, leur mécontentement dans les tribunes pour dénoncer le mercato sous l'égide de BlueCo, l'absence de Matz Sels dans les cages contre Paris n'a fait qu'appuyer cette sensation de dépossession. Et rappeler le cynisme qu'offrent ces périodes de transferts, même pour un capitaine présent en Alsace depuis 2018. Le gardien belge a, contre toute attente, pris la direction de Nottingham Forest dans les derniers instants du mercato. Apparu 24 heures avant la deadline, le club britannique a conclu un accord avec le RCSA pour un montant de vente de 8 millions d'euros. Une offre difficilement refusable, surtout vis-à-vis du professionnalisme dont a fait preuve le gardien de 31 ans tout au long de son étape en France, comme l'a expliqué Marc Keller.

"Le club devait se comporter correctement et ouvrir la porte"

Au micro de Prime Video, le président strasbourgeois a d'abord partagé son constat : 'Il a été un capitaine exemplaire pour nous. Pour moi, c'est l'une des légendes de notre club. Nous l'avions également prolongé il y a deux ans. Il était donc avec nous depuis six ans. Lors de la discussion que j'ai eue avec Matz et Loïc Désiré, notre responsable du recrutement, nous avons senti que Matz cherchait un nouveau défi, notamment réussir en Premier League."

"Il nous a indiqué qu'il souhaitait vraiment partir là-bas pour relever un dernier défi très important dans sa carrière de joueur. J'ai été son président pendant six ans. Nous l'avons fait venir, nous l'avons prolongé. Il a toujours été exemplaire. J'ai estimé qu'à presque 32 ans, quand quelqu'un a rendu tous ces services pour le club, le club devait se comporter correctement et ouvrir la porte", a poursuivi Keller.

Le Racing, obligé de recomposer

Tout s'est enchaîné très rapidement. Après avoir satisfait à la traditionnelle visite médicale, Matz Sels a paraphé un contrat de trois ans et demi avec l'actuel seizième de Premier League. Orphelin d'une valeur sûre et d'un gage d'expérience dans son jeune effectif, Patrick Vieira a dû réagir rapidement par le biais d'une solution interne. Si le Strasbourg a puisé à Saint-Étienne en recrutant Matthieu Dreyer, c'est bien Alaa Bellaarouch, jusqu'ici numéro deux, qui a été promu. Titularisé hier soir par le champion du monde 98, le gardien de 22 ans a vécu une première contrastée. Décisif devant le penalty de Kylian Mbappé, le Marocain s'est ensuite illustré par une boulette qui lui a coûté un but.

La réaction de Patrick Vieira

Toujours devant les caméras du diffuseur, l'entraîneur de Strasbourg est naturellement revenu sur le départ inattendu de Sels et le baptême du feu de particulier de Bellaarouch. "Le départ de Sels est-il inquiétant pour le projet de Strasbourg ? Cela ne m'inquiète pas. Les supporters ne devraient pas l'être non plus", a rassuré l'ancien entraîneur de Nice. Et de poursuivre sur un ton fataliste face aux appels d'outre-Manche : "Matz Sels a été un grand joueur pour le Racing. Mais quand un club anglais vient pour lui et qu'il veut jouer en Angleterre, il est difficile de le retenir. C'est le métier qui est ainsi. Cela a été difficile pour l'un de nos joueurs car il a été l'un de nos leaders pendant tant d'années. Nous devons l'accepter même si cela a été compliqué." "Nous le remercions pour tout ce qu'il a fait pour le club. Alaa a prouvé ce soir qu'il avait tout pour être le numéro 1", a conclu Patrick Vieira.


Mon action favorite ? Un une-deux entre les bords de la Garonne et les potreros du Río de la Plata. Supporter du TéFéCé et socio d'Argentinos Juniors. 

Photo de Clément Vales