La FIFA et l'IFAB autorisent provisoirement 5 remplacements par match

La FIFA et l'IFAB autorisent provisoirement 5 remplacements par match

Comme pressenti ces derniers jours, la FIFA et l'IFAB ont décidé d'autoriser provisoirement cinq remplacements par match au lieu de trois pour les compétitions se finissant d'ici décembre 2020.

C'est une petite révolution. Les clubs pourront désormais effectuer cinq remplacements par match, au lieu de trois. Un changement visant officiellement à "aider les équipes à faire face à un calendrier condensé et des conditions météorologiques différentes", dixit le communiqué publité par la FIFA. C'est l'IFAB, qui régit les 17 Lois du football, qui a validé cette décision, après une proposition de la FIFA. 

"Pour les compétitions qui ont déjà débuté ou qui devraient débuter prochainement mais qui seront terminées d’ici au 31 décembre 2020, l’IFAB a approuvé la proposition de la FIFA d’amender de manière temporaire la Loi 3 – Joueurs, afin de chaque équipe puisse effectuer jusqu’à cinq remplacements par match. Pour éviter de trop perturber le cours du match, chaque équipe aura au maximum trois opportunités de procéder à des remplacements pendant le match ; en outre, ces remplacements pourront être effectués à la mi-temps", écrit la FIFA dans un communiqué.

Les organisateurs libres d'appliquer ou non l'amendement

La saison 2020-2021 de Ligue 1 ne sera donc pas concernée par cet amendement, mais si la finale de Coupe de France et de Coupe de la Ligue venaient à se jouer en août, la LFP et la FFF pourraient décider d'appliquer ou non cet amendement (idem pour la C1, la C3 et les championnats européens qui vont reprendre). La FIFA et l'IFAB ont en effet bien précisé que "les organisateurs de compétitions sont libres d’appliquer ou non cet amendement".

Un amendement qui pourrait être prolongé pour la saison 2020-2021, l'IFAB et la FIFA se laissant le droit de "déterminer ultérieurement si cette option doit être prolongée, par exemple pour les compétitions qui doivent s’achever en 2021". Si la FIFA et l'IFAB justifient cette décision par la volonté de "protéger la santé des joueurs et des joueuses du monde entier", certains y voient surtout un renforcement des inégalités entre les clubs, avec un avantage pour ceux qui ont un effectif pléthorique.

Enfin, la FIFA a aussi fait savoir que dans le contexte actuel, la VAR pourrait être supprimée dans les compétitions qui reprennent "si les organisateurs de compétitions en décident ainsi". Si le recours à l’assistance vidéo à l’arbitrage est conservé, "tous les aspects des Lois du Jeu et, par extension, du protocole d’assistance vidéo à l’arbitrage, demeurent en vigueur", précise le communiqué.