Rumeurs
Officiel

Euro 2024 : Olivier Giroud dresse le bilan de la performance des Bleus

giroud france-pays-bas blanc
Publié le par Jean Bodéré Icon Sport

Le meilleur buteur de l’histoire de l’équipe de France s’est confié à la presse à la suite de ce match nul face au Pays-Bas, marqué par un manque de réalisme offensif.

Les réactions des Bleus s’enchaînent après ce match nul contre les Pays-Bas lors de ce choc au sommet du groupe D de cet Euro 2024 en Allemagne. Une contre performance alors que la France faisait figure de favori dans cette poule que l’on pouvait aisément imaginer finir première de son groupe avec neuf points. Pourtant, après deux journées, les hommes de Deschamps ne sont pas assurés de terminer en tête de ce groupe et tout se jouera mardi prochain à 18h00 lors des rencontres entre la France et la Pologne d’un côté et les Pays-Bas et l’Autriche de l’autre. Un contretemps qui aurait pu être évité à de nombreuses reprises contre les Oranje si les Bleus n’avaient pas tergiversé devant le but à l’image d’Antoine Griezmann ou Ousmane Dembélé. Pourtant, à l’instar de N’Golo Kanté, Olivier Giroud a semblé satisfait de la prestation des siens face aux Néerlandais et ne semble pas inquiet concernant la suite de la compétition.

« On a pris beaucoup de plaisir »

« C'est un bon point même si on espérait mieux encore. Il a manqué un petit brin d'efficacité, de réalisme, de réussite. On a fait des bons mouvements, on s'est créé des occasions franches mais voilà... Après, leur gardien fait aussi un bel arrêt sur la deuxième de Grizi. La première, peut-être que le ballon est un peu derrière lui (Griezmann) donc on ne lui en veut pas. On a fait un bon match. C'était plaisant à regarder du côté. On a pris beaucoup de plaisir. Maintenant, on en prend davantage dans la gagne. On va se remettre au travail pour ce match de mardi et essayer de finir le boulot. »


Supporter de l'En Avant de Guingamp, le meilleur des clubs Bretons, je préfère rencontrer Yannis Salibur, Cristophe Kerbrat ou Jeremy Sorbon plutôt que Cristiano Ronaldo, Lionel Messi ou Sergio Ramos.

Photo de Jean Bodéré