Rumeurs
Officiel

"Brassier a un bon de sortie...", Eric Roy ouvre la porte à un départ de son défenseur

Lilian Brassier balle au pied
Publié le par Clément Vales Icon Sport

Alors que le Stade Brestois 29 (3ème) s’apprête à recevoir l’OGC Nice (2nd) pour le choc du haut de tableau de cette 20ème journée de Ligue 1, Éric Roy est revenu sur le cas de son défenseur Lilian Brassier, particulièrement courtisé cet hiver.

Fort d’une surprenante première partie de championnat, Brest a animé le mercato presque à ses dépens. Plusieurs éléments clés de son effectif ont suscité l’intérêt de nombreux clubs, français comme étrangers. Le président, Denis Le Saint, et le directeur sportif, Grégory Lorenzi, ont été clairs : aucun joueur majeur n’allait quitter le navire en cours de saison, sauf en cas d’offre jugée irréfusable. Les Finistériens ont su maintenir ce cap.

Parmi l’un des principaux agitateurs de ce mois de janvier, le nom de Lilian Brassier a souvent été associé à un départ. Monaco, Milan, Porto ou encore Stuttgart s’y sont tous essayés, sans y parvenir. Autant de clubs qui seraient bien inspirés de tenter à nouveau le coup pour le défenseur de 24 ans, l’été prochain. Son entraîneur Éric Roy, lui, sait que les chances de le voir poursuivre à Brest sont réduites.

Un bon de sortie l’été prochain

Présent face aux médias cette semaine, le coach brestois a incité son joueur à poursuivre sur cette dynamique afin de voir revenir à la charge des clubs du même acabit, voire d’un standing supérieur. "Je sais que Lilian a eu des offres. Je n’ai pas senti qu’il était enclin à y répondre aujourd’hui. Je pense que s’il continue comme ça, il aura les mêmes et certainement des offres supérieures d’autres clubs à la fin de la saison où il a un bon de sortie", a déclaré Éric Roy, le coach.

Des propos qui font écho à ceux de Grégory Lorenzi livrés au Télégramme vendredi. "Lilian, par exemple, est arrivé en 2020, il a évolué chaque saison et il est sollicité aujourd’hui par de grands clubs européens (…). Chaque année, par rapport à notre modèle économique, il est bien de pouvoir vendre un joueur, ce qui ne veut pas dire se démunir." Lilian Brassier entrera dans la dernière année de son contrat en juin prochain. Le moment de partir pour de nouvelles aventures, très probablement.


Mon action favorite ? Un une-deux entre les bords de la Garonne et les potreros du Río de la Plata. Supporter du TéFéCé et socio d'Argentinos Juniors. 

Photo de Clément Vales