Rumeurs
Officiel

Bordeaux vise 2 renforts offensifs

Zan Vipotnik face à l'ASSE
Publié le par Clément Vales Icon Sport

Alors que Gérard Lopez doit présenter les comptes des Girondins devant la DNCG au plus tard le 10 janvier, Bordeaux dispose d’une marge de manœuvre serrée pour remplir ses objectifs de mercato.

De quel budget disposeront les Girondins de Bordeaux pour aborder le mercato hivernal ? Dans son édition du jour, L’Équipe déclare que des tractations avancées avec un fonds d’investissement européen ont actuellement lieu pour gonfler le capital du club au scapulaire. Des pourparlers qui incluraient également un prêt avec intérêts afin d'assurer une plus grande marge financière à moyen terme, destinée à financer plusieurs mercatos à venir, pour un montant global d'au moins 50 millions d'euros. En attendant, la réalité est là. Et les Marine et Blanc ne disposent que peu de moyen pour s’attaquer aux problématiques de janvier.

Des arrivées conditionnées à des départs

"Si tu me dis qu’on peut avoir un attaquant qui va marquer 25 buts, on va aller le chercher. Je vais même appeler mon agent pour qu’il l’amène." Frustré par le manque d’efficacité de son attaque la semaine passée, l’entraîneur Albert Riera avait pointé l’une des carences de son effectif. La priorité de la direction est de renforcer le secteur avec un buteur et éventuellement un ailier, mais cela dépendra des départs éventuels. La marge de manœuvre étant quasiment nulle sans ventes préalables, d'après le quotidien sportif.

Aussi, le recrutement d'un défenseur central pourrait devenir nécessaire si Stian Gregersen, courtisé par des formations de MLS, quitte le club. En somme, c'est un Bordeaux réactif qui devra faire face au mercato de janvier.


Mon action favorite ? Un une-deux entre les bords de la Garonne et les potreros du Río de la Plata. Supporter du TéFéCé et socio d'Argentinos Juniors. 

Photo de Clément Vales