Rumeurs
Officiel

Benfica - OM : Que vaut le club Portugais ?

Ángel Di María & João Neves (Benfica)
Publié le par Clément Vales Icon Sport

L'Olympique de Marseille connaît désormais l'affiche de son quart de finale de la Ligue Europa. Pour poursuivre son aventure européenne, les Phocéens devront se défaire du Benfica. Mais que vaut réellement le club lisboète, qui a déjà croisé la route d'un club français il y a quelques semaines ?

Tandis que Basile Boli a fait part de sa méfiance vis-à-vis du Benfica, beaucoup estiment que le tirage au sort de l'OM aurait pu être pire. Si le club portugais dispose dans son effectif de joueurs de classe mondiale, certains facteurs à sa défaveur poussent à un élan d'optimisme sur la Canebière. Malgré sa renommée, voyons pourquoi le champion du Portugal en titre est probablement le moins mauvais des tirages pour Marseille.

Le parcours européen : Benfica miraculé

Les Benfiquistes ne doivent leur présence sur la scène européenne en 2024 qu'à un fil. Petit retour en arrière. Placé dans le groupe D de la Ligue des Champions aux côtés de l'Inter, de la Real Sociedad et du RB Salzburg, le Benfica est passé proche de l'élimination dès le mois de décembre. Obligés de s'imposer par un minimum de deux buts d'écart en Autriche lors de la dernière journée de la phase de poules, les hommes de Roger Schmidt ont été sauvés par le but libérateur d'Arthur Cabral inscrit à la 92e minute (1-3). De justesse mais suffisant pour être reversé en barrages de la Ligue Europa et croiser la route du Toulouse FC.

Annoncé ultra-déséquilibré sur le papier, ce duel a bien failli tourner au vinaigre pour les Portugais. Dominés par le club haut-garonnais lors du match retour au Stadium (0-0), les Águias ont finalement capitalisé sur les deux penalties inscrits par Ángel Di María à l'aller (2-1) pour obtenir la qualification. Au tour suivant, Benfica a dû se défaire, non sans mal, des Glasgow Rangers (2-2, 0-1).

Benfica, à la recherche de son jeu

Débarqué sur le banc du Stade de la Luz en 2022, Roger Schmidt a rapidement imposé sa patte. Flamboyant durant la première partie de la saison passée, le jeu du Benfica s'est peu à peu étiolé. Les départs de certains de ses éléments n'y sont pas étrangers. La vente d'Enzo Fernández à Chelsea en janvier 2023 a enlevé de la fluidité dans le jeu, tandis que la perte de Grimaldo, parti libre au Bayer Leverkusen l'été dernier, a déséquilibré l'équipe.

Depuis, le technicien allemand peine à faire appliquer sur la durée ses préceptes. Et ce, malgré un effectif pétri de talents. Ce manque de maîtrise fait grincer des dents chez ses propres supporters. En dépit de la qualification face au TFC, ces derniers n'ont pas hésité à critiquer vertement la prestation de leur équipe. Si Marseille devra puiser dans les faiblesses de Benfica pour passer en demi-finales, l'OM devra aussi garder en mémoire qu'à ce jour, aucun club français n'a encore réussi à éliminer Benfica dans un match aller-retour sur la scène continentale.


Mon action favorite ? Un une-deux entre les bords de la Garonne et les potreros du Río de la Plata. Supporter du TéFéCé et socio d'Argentinos Juniors. 

Photo de Clément Vales