Transferts France Étranger Coupes d'Europe International

Tuchel fustige ses joueurs après PSG-Bordeaux

tuchel-vener-icon
Publié à 29/11 par Fabien Borne Icon Sport

Très remonté contre la presse après Leipzig, Thomas Tuchel n'a cette fois pas épargné ses joueurs après leur match nul 2-2 face à Bordeaux.

Au micro de Canal +, l'entraîneur allemand du PSG a pointé la mauvaise deuxième mi-temps de son équipe : "Est-ce qu'on a mieux joué que face à Leipzig ? Non, parce qu'on ne peut pas jouer sans faire d'efforts physiques comme on l'a fait en deuxième mi-temps, ce n'est pas possible. La première mi-temps était "d'accord", on s'est créé beaucoup d'occasions. On a suivi le plan, on a joué assez simple, assez discipliné. La première mi-temps, c'était "d'accord", on a créé beaucoup mais on a déjà manqué de sérieux pour finir ce match, pour vraiment tuer ce match. On a manqué de détermination dans la surface adverse. En deuxième mi-temps, on a manqué de tout : discipline, efforts, attitude. On a perdu la deuxième mi-temps et c'est absolument mérité."

Interrogé ensuite sur le manque de tevail défensif de ses attaquants, Tuchel va fustiger son équipe dans sa globalité : "Aujourd'hui, je parle de toute l'équipe. Normalement, je protège toujours mon équipe, mais aujourd'hui je ne suis absolument pas d'accord avec notre effort en deuxième mi-temps. Ce n'était pas "nécessaire" de perdre encore des points comme ça après en avoir déjà perdu à Monaco".

Et Tuchel de convenir que le PSG devra montrer un tout autre visage face à Manchester United s'il veut avoir une chance de gagner : "On doit, on n'a pas le choix. Si on joue comme en deuxième mi-temps face à Manchester... ce n'est pas possible de faire un match pareil à ce niveau-là, a prévenu Tuchel. Je ne peux pas comprendre pourquoi on ne joue pas de façon assez sérieuse, pourquoi on ne prend pas nos responsabilités pour nous et pourquoi on ne fait pas d'efforts. Je ne peux pas comprendre ce qui s'est passé aujourd'hui, vraiment pas du tout. Mais c'est ma responsabilité de façon claire et voilà."