Rumeurs
Officiel

Sampaoli pointe du doigt certains joueurs après ASSE-OM (1-0)

sampaoli-asse-om
Publié le par Nicolas Faure Icon Sport

L'OM s'est incliné 1-0 à Saint-Etienne ce dimanche et a raté une belle occasion de consolider sa cinquième place au classement de Ligue 1. Retouvez la conférence de presse d'après-match de Jorge Sampaoli en intégralité et traduite pas nos soins. L'Argentin avait visiblement quelques messages à faire passer...

Qu’est-ce qui n’a pas marché pour vous ? Pour la deuxième fois consécutive, nous n’avons pas retrouvé le jeu que vous avez mis en place les semaines précédentes.

Sampaoli : "En réalité, on a perdu une période. Notre première période a été très pauvre. En deuxième, on a pu s’associer un peu mieux, on s’est un peu plus rapproché du but adverse. Dans tous les cas, nous n’avons pas vu le match que l’on imaginait, on s’attendait à autre chose. L’équipe doit comprendre qu’au-delà des circonstances de ces joueurs qui savent que la fin de la saison est proche et que chacun d’entre eux prendra un chemin différent, il est très important de rappeler que l’avenir du club est en jeu et que de voir l’OM jouer l’Europe est notre responsabilité. Nous n’avons pas le droit d’offrir une période comme l’a fait l’équipe aujourd’hui. Au-delà d’avoir bien, moyennement ou mal joué, l’équipe n’a pas été à la hauteur de nos attentes en première période." 

Est-ce que vous pensez que tous vos joueurs sont concernés par cet objectif de se qualifier pour l’Europe avec cette 5e place ?  

Sampaoli : "Personnellement, on est totalement tourné vers cet objectif, ce rêve de pouvoir jouer l’Europe avec l’OM la saison prochaine. Il y a beaucoup de sentiments différents, certains ont d’autres perspectives mais l’obligation d’un entraîneur est de pouvoir regrouper les troupes aujourd’hui pour comprendre que cette période va définir beaucoup de choses pour le club et qu’il faut plus penser au club qu’à autre chose. Si on arrive à avoir cette responsabilité, on sera sûrement plus compétitif sur ces derniers matches pour éviter de vivre à nouveau ce que l’on a vécu aujourd’hui en offrant 40 minutes à l’adversaire sans la moindre envie d’être maître du jeu comme nous voulons proposer à chaque match » 

La semaine dernière vous disiez que la présence de Luis Henrique titulaire pouvait créer un déséquilibre côté gauche et qu’il fallait avoir un défenseur pour pouvoir le couvrir. Est-ce pour cela que vous avez inversé vos défenseurs centraux avec Balerdi placé à gauche par exemple et l’avez-vous regretté défensivement ou l’avez-vous plutôt apprécié offensivement en libérant Luis Henrique ?

Sampaoli : "Avec Luis Henrique comme cinquième défenseur (piston gauche) dans ce schéma, il fallait quelqu’un de très agile sur le côté pour le protéger. C’est pourquoi nous avons pensé, en prenant compte également des caractéristiques de l’adversaire que Leo (Balerdi) pouvait jouer stoppeur gauche et Duje stoppeur droit. Pourquoi ? Parce que Caleta-Car est plus un défenseur central et Leo pouvait lui avoir cette fonction de couvrir dans le dos de Luis. Mais aujourd’hui, cela a plus à voir avec le manque de jeu de l’équipe, au-delà des positions sur le terrain qui peuvent faire débat et nous serons sûrement d’accord sur ça. 

Mais quand on ne veut pas être maître du jeu ou quand on n’a pas cette possibilité de comprendre cette obligation de gagner avec ce maillot comme on l’a montré en première période, c’est compliqué même si en deuxième période on a pu voir un peu cette rébellion et la possibilité d’égaliser qui nous rapproche un peu d’une équipe qui a envie de se qualifier pour l’Europe. C’est vrai que les questions sur cette approche (de mettre Luis Henrique) peuvent aussi faire partie de l’analyse de ce match, on peut revenir sur le manque de protection de l’ailier dans ce système mais pour moi ce qui inquiète un entraîneur est le fait de voir une équipe qui ne joue pas et n’attaque pas alors que le projet est de le faire. Il nous a manqué du jeu offensif et c’est ce que je demande en tant qu’entraîneur."

Vous semblez déçu de la prestation de certains joueurs. Vous parlez de situations individuelles qui nuisent à l’équipe. Est-ce que dans vos choix pour les deux derniers matches cela peut orienter vos choix ?  

Sampaoli : "Cela a aussi à voir avec une approche collective. On travaille pour pouvoir arracher cette possibilité de se qualifier pour l’Europe (5e place) malgré une année difficile donc chaque match réveille un espoir différent. En tant qu’entraîneur je suis responsable du fonctionnement collectif de l’équipe, une réponse qui n’a pas existé aujourd’hui et dont je suis responsable. Sur l’analyse de ce match, on verra si cela a à voir avec un manque d’envie en première période, ce qui a neutralisé notre approche, et il va falloir analyser ce qui vient pour nous parce qu’il est très important d’avoir des joueurs qui soient très intéressés par le projet futur du club. Le club est le plus important pour nous. Nous sommes ici pour l’écusson de ce club. Et ce que représente cet écusson va me permettre de prendre les décisions à venir en tant que coach." 

Cela fait plusieurs matches que l’équipe a du mal à trouver Milik. Quelles sont vos solutions pour lui permettre d’avoir plus de ballons et de toucher plus de ballons dans la surface afin d’avoir plus d’occasions sachant que c’est l’un de vos meilleurs joueurs qui n’est pour l’instant pas mis dans les meilleures dispositions ?

Sampaoli : "Je suis totalement d’accord parce que l’obligation de l’équipe est d’alimenter un attaquant central avec les capacités de Milik. L’équipe n’a pas eu la précision ni la vitesse d’exécution pour le faire. Parfois, les mouvements de l’attaquant sont neutralisés, non par l’adversaire, mais par sa propre équipe. C’est pourquoi je dis que généralement les lacunes ont été collectives aujourd’hui. Nous n’avons pas réussi à nous associer à différentes hauteurs du terrain, l’adversaire a beaucoup pressé le porteur du ballon et ne nous a pas laissé jouer. Plutôt que de nous rebeller, on a perdu confiance en première période. En deuxième, on a eu quelques occasions pour égaliser mais cela ne change rien au fait qu’en général, l’adversaire a eu plus envie que nous.". 

N.B. : si vous souhaitez utiliser notre traduction, vous le pouvez, mais nous vous prions de bien vouloir nous citer en mettant un lien vers cette news.