Rakitic : "Je veux jouer au Barça, pas seulement profiter de la mer"

Rakitic : "Je veux jouer au Barça, pas seulement profiter de la mer"

Depuis le rassemblement de la sélection croate, Ivan Rakitic a vidé son sac sur sa situation compliquée au Barça, où il joue désormais très peu.

Avec une titularisation depuis le début de saison et seulement 186 minutes jouées au total, Ivan Rakitic vit certainement la période la plus compliquée de son aventure barcelonaise, lui qui était jusque-là un cadre essentiel d'Ernesto Valverde, malgré les critiques reçues la saison passée notamment.

Depuis le rassemblement de la Croatie, Rakitic a reconnu qu'il vivait très mal sa situation : "Je ne sais pas ce qu'il va se passer à l'avenir. Je traverse une période difficile car je veux jouer au Barça, pas seulement faire partie de l'équipe. Je vais faire tout mon possible pour inverser la situation. Il me reste deux ans de contrat et il n'y a pas de meilleur endroit au monde pour jouer au foot que Barcelone. Mais j'ai besoin de jouer et pas seulement profiter de balades en ville ou à la mer."

"Si je vois que rien ne change..."

Rakitic a d'ailleurs lâché qu'il n'hésiterait pas à partir si sa situation n'évolue pas : "J'ai déjà parlé avec les gens du club, tout le monde sait que j'avais d'autres options l'été dernier, ce n'est pas un secret. Je désire encore le meilleur pour le Barça, mais je veux me battre pour l'équipe et montrer que je suis prêt à donner le meilleur de moi-même quand on fait appel à moi. Je veux aussi remercier les supporters pour leur accueil le week-end dernier (il a été ovationné par le Camp Nou à son entrée en jeu face à Séville). Mais si je vois que rien ne change, alors nous devrons de nouveau nous asseoir et parler avec les dirigeants."

Selon le média croate 24sata, le PSG et la Juventus se sont intéressés à lui l'été dernier et Cristiano Ronaldo l'aurait même personnellement appelé pour le convaincre de venir à Turin. Mais toujours selon cette source, le Barça réclamait 50 M€ et aucun club n'a donné suite.