Quique Setién : "Je ne vais pas demander pardon à Griezmann"

Quique Setién : "Je ne vais pas demander pardon à Griezmann"

Le Barça a été tenu en échec par l'Atlético Madrid hier soir (2-2) dans un match qu'Antoine Griezmann a encore démarré sur le banc. Son entrée en jeu dans les arrêts de jeu a d'ailleurs beaucoup fait causer après le match, poussant Quique Setién à s'expliquer, tant bien que mal.

Remplaçant à Séville, à Vigo et encore hier soir face à l'Atlético Madrid, Antoine Griezmann vit une période très compliquée au Barça, à l'image de sa saison. Affront ultime, Grizou a été lancé par Quique Setién dans les arrêts de jeu hier soir, provoquant l'incompréhension de nombreux observateurs, comme celle de son petit frère Théo, très présent sur les réseaux. "J'ai envie de chialer sérieux", a tweeté ce dernier, avant de supprimer son message.

Interrogé sur le choix de Quique Setién en conférence de presse, Diego Simeone a lui lâché un cinglant : "Je n'ai pas les mots". Puis c'est Quique Setién qui s'est présenté en conférence de presse et les journalistes espagnols lui ont d'abord demandé de réagir à la déclaration de Simeone. "Ça me parait très correct", a rétorqué le coach du Barça, sans en dire plus.

"Une décision que je dois assumer"

Relancé ensuite par une journaliste espagnole sur le fait que son coaching ait pu être humiliant pour le champion du monde, Setién s'est montré plus bavard : "Je ne suis pas d'accord avec tout. C'est vrai que ce n'est pas normal car c'est sans aucun doute un joueur important. Le faire rentrer alors qu'il restait peu de temps de jeu est dur pour un joueur de son niveau. Mais les circonstances m'ont obligé à le faire. C'est vrai que j'aurais pu prendre une autre décision, comme ne pas le faire rentrer du tout par exemple. Mais je crois que ceux qui étaient sur le terrain à ce moment-là auraient pu rester, car ils jouaient bien."

Et Quique Setién d'ajouter : "Mais j'avais aussi confiance sur le fait qu'un joueur comme Griezmann puisse avoir une action ponctuelle et nous faire gagner le match. Mais je comprends tout à fait que ça ait pu être dur pour lui et demain (aujourd'hui), je lui parlerai. Je ne vais pas lui demander pardon, car c'est une décision que je dois assumer, mais je comprends parfaitement qu'il puisse se sentir mal."