Quel salaire pour les recrues du mercato 2019-2020 de Ligue 1 ?

Quel salaire pour les recrues du mercato 2019-2020 de Ligue 1 ?

L'Equipe a publié ce vendredi sa traditionnelle enquête sur les salaires de Ligue 1, club par club. Si le PSG domine évidemment outrageusement le classement général, nous nous sommes penchés sur les salaires des joueurs qui ont été recrutés par des clubs français l'été dernier ou cet hiver. 

Changer de club est souvent un bon moyen de négocier un meilleur contrat et un salaire plus élevé qu'auparavant. Ce vendredi, L'Equipe publie son classement des salaires, club par club, pour la saison 2019-2020. Des salaires brut mensuels, qui ne comprennent pas les primes individuelles ou collectives, mais qui donnent un bon aperçu des politiques salariales des clubs français, ainsi que des hiérarchies salariales au sein des vestiaires.

Vous pouvez retrouver tous ces salaires ce jeudi dans L'Equipe. Nous nous sommes penchés de notre côté sur les salaires des joueurs ayant été transférés lors du dernier mercato d'été ou d'hiver, quand les données étaient disponibles. L'Equipe n'a par exemple pas eu vent encore des émoluments de Bruno Guimarães ou de Karl Toko-Ekambi, débarqués cet hiver à Lyon. Du moins, ils ne figurent pas dans leur enquête.

Forcément, les joueurs recrutés par le PSG l'été dernier font partie des recrues les mieux payées. Keylor Navas touche ainsi 1 M€ brut par mois au PSG. Souvent blessé pour le moment, Ander Herrera a lui négocié un joli salaire mensuel de 650 000 euros, soit autant que Wissam Ben Yedder, la recrue phare de l'AS Monaco l'été dernier. L'international français est d'ailleurs le premier joueur hors-PSG à figurer dans le Top 30 général. Il est 12e.

Benedetto comme Andersen et Mendes

Du côté de Marseille, Dario Benedetto touche 260 000 euros par mois selon L'Equipe, soit moins que Valère Germain par exemple (330 000 euros). Les deux n'ont toutefois pas les mêmes avantages fiscaux puisque Benedetto bénéficie du statut fiscal des impatriés qui lui permet de payer moins d'impôts sur le revenu en fin d'année et d'avoir donc un net peut-être plus intéressant que son compère.

260 000 euros brut par mois, c'est aussi ce que touchent Valentin Rongier à l'OM ou Joachim Andersen et Thiago Mendes à Lyon. Et un peu plus que ce que Kasper Dolberg (250 000) et Renato Sanches (250 000) ont négocié à Nice et Lille. Revenu en Ligue 1 l'été dernier, Laurent Koscielny est le plus gros salaire du vestiaire bordelais avec 240 000 euros brut par mois. Soit deux fois plus que l'attaquant sud-coréen Hwang (120 000) ou le dernier arrivée Ruben Pardo (120 000).

Recrue phare du mercato d'hiver en France, Steven Nzonzi est lui prêté par l'AS Roma et Rennes prend en charge son salaire, à hauteur de 400 000 euros brut par mois. Tiémoué Bakayoko (450 000) et Islam Slimani (380 000) sont eux prêtés par Chelsea et Leicester City, mais Monaco prend en charge leurs salaires. 

Ci-dessous, quelques salaires brut mensuels de recrues de Ligue 1

PSG : Keylor Navas (1 M€), Mauro Icardi (800 000), Ander Herrera (650 000), Idrissa Gueye (500 000), Pablo Sarabia (450 000) et Abdou Diallo (450 000)

AS Monaco : Wissam Ben Yedder (650 000), Tiémoué Bakayoko (450 000), Islam Slimani (380 000)

OM : Dario Benedetto (260 000), Valentin Rongier (260 000)

OL : Joachim Andersen (260 000), Thiago Mendes (260 000)

Lille : Renato Sanches (250 000), Yusuf Yazici (110 000)

Rennes : Steven Nzonzi (400 000), Raphinha (150 000), Joris Gnagnon (140 000), Jonas Martin (120 000), Flavin Tait (120 000)

Nice : Kasper Dolberg (250 000), Adam Ounas (180 000, Nice prend en charge une partie de son salaire napolitain), Alexis Claude-Maurice (110 000)

Bordeaux : Laurent Koscielny (240 000), Hwang Ui-jo (120 000), Ruben Pardo (120 000), Loris Benito (110 000)

Nantes : Moses Simon (150 000)

Toulouse : Wesley Saïd (120 000)

Strasbourg : Majeed Waris (80 000 €), Alexander Djiku (70 000 €)

Dijon : Benzia (95 000 €)