Rumeurs
Officiel

PSG-Dortmund : Luis Enrique dévoile sa tactique pour Mbappé

Enrique dévoile sa technique pour Mbappe
Publié le par Paul Bourret

Le match crucial de la saison arrive ce mardi 07 mai pour le Paris Saint-Germain. En demi-finale retour de la Ligue des Champions face au Borussia Dortmund, les hommes de Luis Enrique n’auront pas le droit à l’erreur s’ils veulent renverser les Allemands (défaite 1-0 à l’aller). L'entraîneur espagnol a dévoilé ses stratégies pour tirer le meilleur parti de son joueur phare, Kylian Mbappé. 

La tension monte alors que le face-à-face entre le PSG et Dortmund approche à grands pas. Avec son franc-parler habituel, l'Espagnol confiant a affirmé : "On va gagner, c'est la seule phrase que je connais en français", tout en révélant ses plans pour utiliser au mieux Kylian Mbappé, qui s’est montré trop discret lors du match aller.

"Je ne veux pas que l’attaquant aille chercher le ballon au milieu"

Malgré la défaite 1-0 à l'aller, Luis Enrique attend de ses joueurs une mentalité de guerriers, prêts à tout donner pour renverser la vapeur au Parc des Princes. Pour ça, les 11 joueurs sur le terrain vont devoir redoubler d’efforts physiques pour se créer les occasions attendues. Concernant l’utilisation du français, Luis Enrique s’est montré plutôt clair : " C'est très simple, chaque match est différent de l'autre. Où sont les espaces disponibles ? Parfois, il n'y a plus d'espaces entre les lignes, donc il faut passer par les ailes. Notre objectif, c'est que nos meilleurs joueurs participent le plus possible. Je ne veux pas que l'attaquant aille chercher le ballon au milieu, je veux qu'il le touche dans les zones critiques."

L'ancien sélectionneur de l'Espagne a également insisté sur l'importance du soutien des supporters parisiens, qu'il juge "vital" pour créer une ferveur propice à l'exploit. On a hâte d’y être !


Supporter de l'Olympique lyonnais, en attente d'un titre depuis le 28 avril 2012. J'ai eu l'immense bonheur d'avoir pu voir jouer Lionel Messi, Cristiano Ronaldo et Maxwel Cornet.

Photo de Paul Bourret