Rumeurs
Officiel

Monaco-OM (2-3) - Disasi : "Sur les 15 dernières minutes, l’arbitre était pour Marseille"

disasi-monaco-om
Publié le par Marius Cassoly Icon Sport

Interrogé par Prime Video à l'issue de la rencontre entre Monaco et l'OM (2-3) dimanche soir à Louis II en clôture de la 15e journée de Ligue 1, Axel Disasi, le défenseur central franco-congolais de l'ASM, a tenu des propos très forts au sujet de l'arbitrage.

C'est avec une grande frustration qu'Axel Disasi s'est présenté au micro de Prime Video à l'issue de la rencontre entre Monaco et l'OM (2-3, les notes) dimanche soir à Louis II en clôture de la 15e journée de Ligue 1. Le défenseur central franco-congolais n'a pas apprécié l'arbitrage de Benoît Bastien et n'a pas hésité à le faire savoir auprès du diffuseur de la rencontre. 

"On ne fait pas de la danse, on fait du football"

"Je ne sais pas s’il s’est laissé pousser par l’ambiance du stade qui était en majorité pour Marseille mais sur la dernière action, je suis désolé, il n’y a pas faute", a lâché le jeune joueur de 24 ans, faisant référence à la faute de Fofana sur Payet, offrant le coup-franc de la victoire à l'OM en toute fin de rencontre.

Et de poursuivre son argumentaire sur ce fait de jeu avec des propos très forts : "On ne fait pas de la danse, on fait du football, c’est un sport de contact. Sur la dernière, je suis désolé, il n’y a pas faute. Vous pouvez regarder les images comme vous voulez, il n’y a pas faute. C’est toujours la même chose. Je suis désolé mais sur les 15 dernières minutes, l’arbitre était pour Marseille. À partir du moment où l’OM a égalisé, l’arbitre était pour Marseille. C’est tout". 

"L'ambiance du stade a peut-être influencé les décisions arbitrales"

Avant de tenir un propos un peu plus à froid en zone mixte, quelques minutes plus tard, sans changer sa pensée de fond pour autant : "Certes, mes mots étaient un peu virulents... Maintenant que je suis un peu plus froid, l'idée ne change pas mais les mots sont plus calmes, plus apaisés. Ça reste mon avis. Tout le monde a vu les images, je reste persuadé que sur cette dernière action, il n'y a pas faute. Avec l'égalisation, l'équipe marseillaise a eu un regain d'énergie et l'ambiance du stade a peut-être influencé les décisions arbitrales. On a été punis, mais sur l'égalisation et le dernier coup-franc, on peut mieux défendre".