🏆 CDM 2022 ⚽️ Live score 🇫🇷 BLEUS France Étranger Coupes d'Europe

Mercato PSG : les détails économiques du contrat de Ben Arfa révélés

logo-daily-mercato
Publié le 17/10 par Fabien Borne

Resté deux ans au PSG, de 2016 à 2018, Hatem Ben Arfa réclame près de 8 M€ à son ancien employeur et une audience avait lieu hier au conseil des Prud'hommes de Paris. Lors de cette dernière, les détails économiques du contrat parisien du joueur ont été dévoilés, de son salaire à ses primes individuelles et collectives.

Combien gagnait exactement Ben Arfa au PSG ? La réponse est importante, car elle permet de mieux comprendre pourquoi le joueur réclame aujourd'hui 7,75 millions d'euros à son ancien employeur. Lors de l'audience qui s'est déroulée hier à Paris devant le conseil des Prud'hommes, les détails du contrat parisien de HBA ont été dévoilés. L'Equipe était présent et les rapporte aujourd'hui.

Hatem Ben Arfa avait ainsi négocié un salaire de 500 000 euros brut par mois avec le PSG en 2016. Un salaire qui comprenait la fameuse prime d'éthique de 75 000 euros, conditionnée notamment à certains objectifs, comme le fait de ne pas dire de mal du club dans les médias ou d'arriver à l'heure aux entraînements. En plus de ce salaire, Ben Arfa pouvait aussi prétendre à des primes individuelles et collectives.

2,12 M€ par semestre s'il jouait 60% des matches

Tous les six mois, il pouvait ainsi toucher une prime individuelle de 2,12 M€ s'il jouait au moins 60 % des matches du PSG (titularisations et entrées en jeu comprises) ainsi qu'une prime collective annuelle qui pouvait atteindre 416 000 euros au maximum s'il disputait dix matches sur au moins huit mois. Il n'a touché la première prime individuelle que lors de son premier semestre parisien et la prime collective que lors de sa première année.

Estimant avoir été injustement écarté du groupe pro du PSG d'avril 2017 à juin 2018, Ben Arfa a donc réclamé toutes ces primes, plus sa prime d'éthique de décembre 2017, deux jours de salaires ainsi qu'un euro symbolique pour harcèlement moral. Soit au total près de 7,75 millions d'euros. Le PSG a de son côté plaidé non-coupable, argumentant que sa mise à l'écart était purement sportive, taclant au passage son ancien joueur. Le conseil des Prud'hommes tranchera le 16 décembre prochain après avoir écouté les parties hier.