Rumeurs
Officiel

Les confidences pleines de sincérité d'Ada Hegerberg, la star de l'OL Féminin

Ada Hegerberg, capitaine de l'OL
Publié le par Clément Vales Icon Sport

Après une traversée du désert, la Ballon d’Or 2018 et star des féminines de l’OL, Ada Hegerberg, s’est confiée au cours d’un entretien rempli de sincérité dans les colonnes de L’Équipe.

Triompher, tomber, se relever et revenir au plus haut niveau pour casser les codes préétablis. C’est un peu le résumé des dernières années d’Ada Hegerberg, la Norvégienne de 28 ans. Auteure de 12 buts lors des onze dernières sorties de l’OL, l’attaquante renaît après avoir touché le fond, minée par des blessures physiques (ligament croisé antérieur du genou et fractures de fatigue au tibia) aux répercussions mentales. Dans une interview accordée à L'Équipe, la star se livre.

"J'ai vécu l’enfer"

Sûre de sa force grâce à un travail de récupération acharné et une exigence exacerbée, Hegerberg n’est pas étonnée de retrouver son niveau d’antan. Pour autant, la native de Molde confie avoir "vécu l’enfer" lorsqu’elle était éloignée des terrains. Se sentant délaissée pendant sa période de convalescence, elle dénonce le "manque de considération envers le corps des athlètes féminines" qui l'a fragilisée psychologiquement. Ada Hegerberg a dû "taper du poing sur la table" et trouver des références pour comprendre les raisons pour lequelles son corps la lâchait si souvent. L’esprit enfin libéré, l’internationale norvégienne estime avoir "les meilleures années" devant elle. Après 10 années passées entre Rhône et Saône, l’avenir sera-t-il à Lyon ?

Un futur incertain à l’OL

Alors que la section féminine de l’Olympique Lyonnais a été finalisée jeudi, passant désormais officiellement entre les mains de Michele Kang, plusieurs contrats de joueuses phares du club rhodanien arrivent à échéance à l’issue de la saison, dont celui d’Ada Hegerberg. À cette question, l’attaquante assure se projeter avec les Fenottes, mais admet également observer "ce qu'il se passe ailleurs".

Avant de dénoncer le sorte d’anachronisme dans lequel évolue l’OL Féminin dans l'hexagone : "L'OL reste attractif, il suffit de voir le nom des joueuses. Mais la réalité c'est que la France a pris du retard. Il faut se poser les bonnes questions pour que l'OL continue de faire des pas en avant. La situation n'est plus la même qu'il y a sept ans. Je veux un bon contrat, je sais ce que je mérite (...) Il y a des discussions avec Lyon et ailleurs. Je ne dois pas perdre la tête avec ce sujet, surtout pas."


Mon action favorite ? Un une-deux entre les bords de la Garonne et les potreros du Río de la Plata. Supporter du TéFéCé et socio d'Argentinos Juniors. 

Photo de Clément Vales