Livescores Transferts France Étranger Coupes d'Europe International

Les 5 révélations de l'Euro d'Elton Mokolo

damsgaard-danemark-russie-new
Publié le 12/07 par Elton Mokolo Icon Sport

Si l'Euro a mis en lumière des stars du ballon rond comme Verratti, Kane, Lukaku ou Cristiano Ronaldo, il a aussi permis la découverte de joueurs révélations. Tour d'horizon.

Après un mois de compétition riche en émotions, l’Euro 2020 s’est refermé avec la victoire de l’Italie aux dépens de l’Angleterre à Wembley. Le tournoi continental a apporté son lot de buts importants, arrêts déterminants, satisfactions, déceptions. Il a également apporté des découvertes avec des joueurs qui ont profité de l’Euro pour se (re)présenter devant le monde du football.

Pas nécessairement connus du grand public (c'est pourquoi je ne parlerai pas de Pedri ici par exemple), ces derniers se sont mis en évidence et ont rythmé la compétition. Parce que choisir c’est éliminer, j'ai retenu cinq joueurs qui se sont illustrés sur cet Euro.

Illya Zabarnyi (Ukraine) : défenseur central

Malgré la lourde défaite de l’Ukraine contre l’Angleterre en quart de finale sur le score de 4-0, Illya Zabarnyi peut repartir de l’Euro autant satisfait sur le plan collectif qu’individuel. Outre le fait que sa sélection a atteint le top 8 européen pour la première fois de son histoire, le défenseur central âgé de seulement 18 ans a laissé une belle impression sur les terrains européens.

Au terme de sa première saison professionnelle, le  défenseur du Dynamo Kiev s’est distingué par sa tranquillité aussi bien avec que sans ballon mais aussi sa capacité à faire réaliser des actions décisives importantes pour sa sélection comme lors de la rencontre face à la Suède en huitième de finale. Si le saut pour un championnat de l’ouest -européen paraît encore précoce, Zabarnyi sera l’un des noms à suivre avec Kiev à l’occasion des compétitions européennes mais aussi dès début septembre face aux Bleus pour les qualifications du mondial qatari.

Denzel Dumfries (Pays-Bas) : latéral droit

Avec ce prénom bien connu du 7e art, Denzel Dumfries était destiné à crever l’écran sur cet Euro. Et de quelle manière ! Le défenseur du PSV Eindhoven a été impliqué dans cinq des huit buts inscrits par les Pays-Bas sur le tournoi continental. Grand gagnant du 3-5-2 imaginé par son désormais ex-sélectionneur Frank De Boer, Dumfries s’est montré épanoui dans son rôle de piston droit où il s’est montré très influent dans les surfaces adverses.

Inépuisable, le joueur originaire d’Aruba s’est révélé être un danger permanent et peut même se targuer d’avoir été le meilleur néerlandais lors de la défaite en huitième de finale contre la République tchèque. De quoi susciter la convoitise de nombreux clubs, désireux de se renforcer aux postes de latéraux/pistons, pas nécessairement les mieux pourvus qualitativement. On peut compter sur son agent, l’inévitable Mino Raiola, pour faire monter les enchères.

Roman Yaremchuk (Ukraine) : avant-centre

Bien connu des suiveurs du championnat belge, Yaremchuk était inconnu du grand public. Ce sera moins le cas après cet Euro où l’attaquant de La Gantoise a fait étalage de sa classe. Attaquant racé, Yaremchuk a fait parler son adresse technique avec de nombreuses déviations bien senties tout en trouvant les filets adverses à deux reprises.

S’il n’a pas eu la même influence en phase éliminatoire avec zéro but, l’attaquant âgé de 25 ans a justifié la confiance que lui a accordée son sélectionneur, un certain Shevchenko qui s’y connait un peu à ce poste. Un Euro de qualité  qui devrait coïncider avec son départ de La Gantoise, quasiment acté par son directeur sportif.

Mikkel Damsgaard (Danemark) : attaquant

Présenté comme l’un des gros talents sortis de la pépinière danoise, Mikkel Damsgaard n’a rien fait pour calmer les attentes autour de lui. Bien au contraire, le joueur de la Sampdoria a été l’un des visages de la folie danoise qui s’est emparée de l’Euro durant le mois estival. Entré dans le 11 danois suite à l’accident cardiaque de Christian Eriksen contre la Finlande, Damsgaard s’est tout de suite mis en évidence contre la Belgique avant de faire basculer le tournoi de sa sélection dans une épopée historique avec son but d’anthologie contre la Russie en poule.

Un superbe but qui en appellera un autre avec ce sublime coup franc inscrit en demi-finale contre l’Angleterre à Wembley ! Si le Danemark n’a finalement pas réussi à rééditer l’exploit de 1992, Damsgaard a montré qu’il pourrait être l’un des noms à suivre dans le football mondial. Reste à savoir si son épanouissement footballistique se déroulera à la Sampdoria ou dans un autre club plus important dès cet été.

Joakim Maehle (Danemark) : piston gauche

Dans une compétition qui aura été celle des pistons, Joakim Maehle en aura été le plus bel ambassadeur avec Leonardo Spinazzola. Redoutable contre-attaquant, le joueur de l’Atalanta arrivé l’hiver dernier s’est montré inspiré avec deux buts inscrits et une passe décisive à son actif. Mais au-delà des données chiffrées, c’est l’impact visuel qu’a laissé Maehle qui a émerveillé le monde du football.

Ce qui rehausse également la performance de l’Angleterre qui a réussi à limiter son influence lors de la demi-finale et l’a poussé à la faute sur le penalty provoqué par Sterling et converti par Kane. Sûrement dans l’équipe-type officielle de l’Euro, Maehle sera davantage attendu la saison prochaine sur les terrains européens avec sa formation l’Atalanta qui fait la part belle aux pistons. Autant dire qu’on n’a pas fini de voir celui qui aurait pu évoluer à l’OM, intimider les défenses adverses.