Livescore Transferts France Étranger Coupes d'Europe International

Italie-Espagne (1-2) : les tops et flops

Torres-Oyarzabal
Publié le 06/10 par Maxence Venot Icon Sport

A San Siro, l'Espagne a battu l'Italie en demi-finale de Ligue des Nations et a mis fin à une invincibilité italienne de 37 matches. Retrouvez les tops et flops de la rencontre.

Les tops

Les deux caviars d’Oyarzabal

Le capitaine de la Real Sociedad a brillé avec la Roja ce soir. Aligné sur le côté gauche par Luis Enrique, Mikel Oyarzabal a délivré deux passes décisives pour Ferran Torres grâce à deux magnifiques centres, déposés sur son coéquipier. Le natif d'Eibar aurait même pu trouver le chemin des filets (37’, 63’).

Le doublé de Ferran Torres

Titularisé à la pointe de l’attaque de la Roja, son poste de substitution, Ferran Torres a donné raison à son sélectionneur. En reprenant les deux jolis centres de son coéquipier Mikel Oyarzabal, d’abord d’une reprise du droit, puis de la tête, l’attaquant de Manchester City s’est offert un doublé sur ses deux seuls tirs de la rencontre. Efficace.

Gavi, une première réussie

Titularisé par Luis Enrique, Gavi est devenu le plus jeune international espagnol de l’histoire. Rien que ça. Le plus impressionnant, finalement, est l’aisance de ce gamin de 17 ans et 2 mois. Pour son premier match avec la Roja, le milieu de terrain n’a fait preuve d’aucune pression balle au pied, n’a pas hésité à le conserver ou à monter avec, et, surtout, a fait de l’ombre aux milieux adverses : Verratti, Jorginho et Barella. Prometteur.

Luis Enrique, choix et tactique payants

Le sélectionneur espagnol a gagné sur deux points ce soir : ses choix et son plan de jeu. Les titularisations de Gavi, sept matches en professionnel avec le FC Barcelone, et de Ferran Torres à la pointe de l’attaque, installé à ce poste par Pep Guardiola à Manchester City mais plus titularisé depuis quelques matches, pouvaient être pointées du doigt mais se sont avérées des coups gagnants puisque Gavi a volé au milieu de terrain, tandis que Ferran Torres a inscrit un doublé. Collectivement, son équipe a imposé son jeu en confisquant le ballon aux Italiens, sans tomber dans une possession stérile et les circuits de passes étaient rodés.

Les flops

L’expulsion de Bonucci

Si ses quarante premières minutes n’ont pas été si mauvaises malgré son manque d’agressivité sur Oyarzabal sur le premier but espagnol, le défenseur italien a fait chuter le spectacle et le suspense de cette demi-finale de Ligue des Nations en se faisant expulser à la 42’ suite à deux cartons jaunes. Un premier pour contestation et un deuxième pour un coup de coude lors d’un duel aérien. Évitable.

Le manque de finition d’Insigne

S’il a délivré une passe clé et un bon centre, le joueur napolitain a surtout manqué une grosse occasion. Sur une bonne bonne passe à ras de terre d’Emerson devant le but espagnol, Lorenzo Insigne a trop ouvert son pied et a manqué le cadre de quelques centimètres (35’). Une balle d’égalisation manquée, regrettée dix minutes plus tard lorsque la Roja est parvenue à faire le break grâce à Ferran Torres.