France-Pologne (3-1) : les notes des Bleus

mbappe-giroud-france-pologne
Publié le par Marius Cassoly Icon Sport

La France a dominé la Pologne (3-1) ce dimanche au stade Al-Thumama de Doha (Qatar) en huitième de finale de la Coupe du monde 2022 grâce à un but historique d'Olivier Giroud (44e), qui devient le meilleur buteur de l'histoire des Bleus, et un doublé de Kylian Mbappé (74e, 90+1e), sur un nuage. Pour l'honneur, Robert Lewandowski (90+9e) a réduit l'écart en fin de rencontre, sur penalty. Retrouvez les notes des joueurs de Didier Deschamps ci-dessous.

Lloris (5,5) : désormais co-recordman de sélections en équipe de France (142, il égale Lilian Thuram), le gardien de Tottenham a vécu une première période compliquée, de sa relance risquée plein axe sur Upamecano en début de match à sa sortie aérienne mal négociée juste avant la mi-temps. Il arrête d'abord le penalty de Lewandowski en fin de rencontre, avant de s'incliner sur la deuxième tentative du goleador polonais, qui a obtenu une nouvelle chance parce que Lloris n'avait pas gardé les pieds sur la ligne.

Koundé (5) : aligné au poste de latéral droit, le défenseur du Barça a semblé dépassé en première période, en perdition totale dans ses duels. L'enjeu a clairement pris le pas sur le jeu. Du mieux en seconde période. Mais une prestation toutefois pas rassurante dans un secteur de jeu où Benjamin Pavard et Axel Disasi n'ont pas non apporté plus de garanties. Remplacé par ce dernier à la 90+2e minute.

Varane (6) : une mauvaise relance de la tête sur Lewandowski à la 20e minute de jeu, avant de repousser avec brio une grosse occasion polonaise sur la ligne de but française avant la mi-temps. Un match correct de la part du défenseur central français de Manchester United.

Upamecano (6) : dans la lignée de son début de compétition, le rugueux défenseur central du Bayern Munich a livré un match très solide. Petit bémol, il offre un penalty à la Pologne en touchant le ballon de la main en fin de rencontre. Un fait de jeu sans conséquence sur l'issue de la rencontre.

Hernandez (6) : un peu plus discret que d'habitude, le latéral gauche de l'AC Milan est resté appliqué dans ses interventions, à défaut de briller offensivement, un fait rare pour être souligné.

Griezmann (7) : défense, milieu, attaque... Grizou était tout simplement partout ! Le joueur de l'Atlético Madrid a de nouveau rayonné, encore et toujours au service du collectif. Le chef d'orchestre de cette équipe de France, plus que jamais.

Tchouaméni (6) : le milieu de terrain du Real Madrid s'est d'abord signalé par une grosse frappe boxée par Szczesny au quart d'heure de jeu, avant de signer quelques récupérations précieuses dans l'entrejeu. Toutefois moins en vue que ses deux compères de l'entrejeu, et remplacé à la 66e minute par Youssouf Fofana.

Rabiot (7) : encore un gros match de la part du milieu de la Juventus Turin, au volume de jeu toujours aussi complet. L'un des rouages essentiels de ce onze de Didier Deschamps.

Dembélé (6) : l'ailier virevoltant du Barça a multiplié les percées depuis son couloir droit mais a trop souvent manqué de justesse dans le dernier geste. Frustrant, en somme. Sa passe décisive pour Kylian Mbappé, juste avant d'être remplacé par Kingsley Coman à la 76e minute, soigne son bilan statistique.

Giroud (7) : après avoir loupé une grosse occasion face au but à la demi-heure de jeu, l'attaquant de l'AC Milan s'est bien rattrapé en ouvrant le score juste avant la mi-temps - alors que la France était dans le dur - devenant ainsi le meilleur buteur de l'histoire de l'équipe de France avec 52 réalisations. Il aurait pu doubler la mise d'un superbe retourné acrobatique en seconde période si l'arbitre n'avait pas sifflé après coup. La légende tricolore a ensuite été remplacée par Marcus Thuram à la 76e minute.

Mbappé (9) : percutant et très rapide depuis son côté gauche - il a été flashé à 35 km/h - l'attaquant du PSG a d'abord offert une passe décisive très précieuse à Olivier Giroud juste avant la mi-temps. Avant de signer un doublé magistral sur deux superbes frappes du pied droit, pleine puissance, aux 74e et 90+1e minutes. Le crack de Bondy totalise 9 buts en 11 matches de Coupe du monde. À seulement 23 ans.