Transferts France Étranger Coupes d'Europe International

Droits TV : Mediapro veut renégocier son contrat avec la LFP

roures-mediapro
Publié à 08/10 par Fabien Borne Icon Sport

Diffuseur de 80% de la Ligue 1 et de la Ligue 2 depuis cette année et ce jusqu'en 2024, Mediapro n'a pas réglé sa deuxième traite de 172 millions d'euros à la Ligue et souhaite renégocier à la baisse son contrat pour cette saison. De quoi fragiliser tout le football français ?

Mediapro débarquait il y a deux ans dans le football français en raflant la mise lors de l'appel d'offres des droits TV de la Ligue 1 et de la Ligue 2 pour la période 2020-2024. Le groupe sino-espagnol a pour cela mis le prix, puisqu'il a acheté ces droits pour plus de 814 millions d'euros par an. En ajoutant ce que payent aussi beIN Sports, Canal + et Free, la LFP a vendu ses droits pour plus d'un milliard par an. Encore faut-il être payé...

Après une première traite payée en retard en août, Mediapro devait payer au 6 octobre 172 millions d'euros à la Ligue. Un montant que la LFP redistribue ensuite aux clubs, à partir du 17. Mais hier soir, une bombe a été lâchée par L'Equipe : Mediapro n'a pas payé sa traite du 6 octobre et a demandé du temps à la LFP, qui a refusé. Après cette annonce faite par L'Equipe, le patron de Mediapro, Jaume Roures, s'est confié au journal.

"On ne remet pas en cause le contrat, mais on remet en cause la situation actuelle"

Et ce qu'il a dit n'est pas très rassurant puisque le patron de Mediapro veut renégocier à la baisse son contrat avec la LFP pour cette saison : "Nous voulons rediscuter le contrat de cette saison. Elle est très affectée par le Covid-19, tout le monde le sait car tout le monde souffre. On ne remet pas en cause le projet en tant que tel. Mais les bars et les restaurants sont fermés, la publicité s'est effondrée... Ce sont des choses que tout le monde connaît", a-t-il lâché.

Et Roures d'ajouter que des discussions vont bien avoir lieu avec la LFP : "On va négocier. Il faut voir quelles sont ses conditions pour mener cette discussion. La Ligue est d'accord pour s'asseoir autour d'une table pour parler de ce sujet. Le contrat a été établi dans des conditions qui n'ont rien à voir avec la situation actuelle. C'est évident. Il faut en parler. Après, on verra comment cela se termine. On ne remet pas en cause le contrat, mais on remet en cause la situation actuelle".

Déjà très impactés par l'absence de supporters au stade, les clubs de Ligue 1 pourront-ils survivre si les droits TV qu'ils espéraient toucher cette saison sont finalement bien inférieurs à ce qui était prévu ? Là est toute la question.