Rumeurs
Officiel

Balogun lâche ses vérités sur son transfert

folarin balogun face à son ancien club
Publié le par Clément Vales Icon Sport

Lors d’une interview accordée à ESPN, Folarin Balogun est revenu sur les conditions de son transfert à l’AS Monaco. L’attaquant y confie notamment ne pas avoir été le principal décideur de son propre futur.

Folarin Balogun et Monaco, ça matche ! Exceptée une soirée cauchemardesque face à l’OGC Nice où l’attaquant états-unien a vu sa double tentative sur penalty échouée, l’ancien Rémois convainc par de belles performances aux côtés de Wissam Ben Yedder. Le club de la Principauté caracole en tête de la Ligue 1 après huit journées, Balogun, lui, cumule trois buts et une passe décisive après cinq apparitions en championnat.

Débarqué cet été sur le Rocher en échange de 40 millions d’euros, le joueur de 22 ans sortait d’un exercice 2022/2023 pleinement réussi avec le Stade de Reims. En Champagne où il était prêté par Arsenal, le natif de New York avait explosé aux yeux de tous au terme d’une saison prolifique (21 buts en L1).

Dans un entretien accordé à ESPN, Balogun est revenu sur cette période d’incertitude de mercato lors de laquelle il a vite compris, qu'une fois son prêt fini, son avenir chez les Gunners ne dépendait pas de lui… Ni de l’entraineur en place, Mikel Arteta.

"Ce n'est pas quelque chose que je pouvais contrôler"

"Arteta ne m'a pas beaucoup parlé, il m'a juste dit ‘bien joué’ quand je suis revenu et m'a encouragé à continuer. Quand je suis revenu en présaison, je voulais savoir si j'entrais dans ses plans et si je pouvais continuer à jouer quelques matchs," a dévoilé le Monégasque auprès d’ESPN.

Folarin Balogun a poursuivi son analyse de la situation : "Il a dit qu'il essaierait de m'impliquer autant que possible, mais bien sûr il a aussi dit que les gens au-dessus prenaient des décisions et évaluaient ce qui était le mieux pour moi. Donc les échanges entre lui et moi étaient bons, mais cela dépendait plus du club, de ce qu'ils voulaient faire. Ce n'était pas entre mes mains, c'est ce que j'ai ressenti. Ce n'est pas quelque chose que je pouvais contrôler".


Mon action favorite ? Un une-deux entre les bords de la Garonne et les potreros du Río de la Plata. Supporter du TéFéCé et socio d'Argentinos Juniors. 

Photo de Clément Vales