Mercato PSG : les nouvelles vérités de Leonardo sur le dossier Neymar

Mercato PSG : les nouvelles vérités de Leonardo sur le dossier Neymar

Au sortir de la victoire 2-0 du PSG à Metz, Leonardo s'est pointé en zone mixte et a répondu à une vingtaine de questions, la majorité sur le cas Neymar. Le directeur sportif brésilien a assuré qu'il n'y avait toujours pas d'accord avec Barcelone. Il a aussi évoqué le cas Areola et les ambitions du club cette saison.

Où en est le dossier Neymar ?

"Je pense que notre position a toujours été claire. Ils ont toujours su ce que nous voulions. Honnêtement, la première fois que nous avons eu une proposition écrite et officielle de Barcelone, c'était le 27 août, à cinq jours de la fin du mercato. On était même ouvert à parler d'autres joueurs pour faire l'opération, mais après on n'a jamais eu d'accord écrit par rapport à nos conditions.

Les négociations sont rompues, c'est fini ?

Aujourd'hui, par rapport à ce qu'on a demandé et ce qu'on a reçu comme proposition, il n'y a pas d'accord. C'est ça la situation.

Y aura-t-il un accord d'ici lundi ?

Je ne sais pas, ça dépend de Barcelone (sourire).

Il y a une deadline ?

Honnêtement, on y a pensé, mais aujourd'hui, on est à trois jours de la fin du mercato, il y a quand même une deadline naturelle. On cherche donc à comprendre, mais aujourd'hui je vois qu'il n'y a toujours pas d'accord. On était ouvert comme je l'ai dit pour parler d'autres joueurs, mais aujourd'hui on est à trois jours de la fin du mercato.

Est-ce que Neymar veut toujours partir ?

Sa position a toujours été claire et la nôtre aussi.

Est-ce qu'il est encore possible qu'il reste ?

On a toujours dit depuis le début que si une offre qui nous satisfait arrive, il pourra partir. Mais aujourd'hui, ce n'est pas le cas.

Pensez-vous qu'il pourrait rester ?

Il est en contrat avec nous, ça c'est clair. Et il n'y a pas d'accord aujourd'hui.

A 215 M€, vous le lâchez ?

La proposition a été claire pour tout le monde.

Combien vous voulez Leonardo, il faut être transparent...

Transparent ? (il éclate de rire). Tous ceux qui étaient dans la négociation connaissent notre position. Et aujourd'hui, on n'a pas d'accord.

Qu'est-ce que Neymar vous dit actuellement ?

On sait tout, on se parle. Les positions sont claires depuis le début, la nôtre aussi.

Des joueurs du Barça vous intéressent ?

Ca, ça n'existe pas. Ca dépend de Barcelone. S'ils nous font une proposition, on l'accepte ou on ne l'accepte pas.

Le dernier match d'Areola ce soir ?

Je ne sais pas, c'est une situation qui n'est pas encore faite. C'est vrai qu'il y a la possibilité de faire. Aujourd'hui, il ne se sentait pas bien pour jouer car il y a la négociation. Honnêtement, j'ai été un peu surpris, mais on a respecté quand même sa position car il y a une négociation en cours.

Possible qu'il y ait un échange avec Navas ?

Il y a une négociation avec Areola, oui. (Le journaliste lui demande s'il y en a une avec le Real Madrid, Leonardo rigole).

D'autres dossiers en cours, notamment en attaque ?

En vérité, comme vous le savez, peut-être qu'on aura le temps de parler un peu après le mercato. Il y a beaucoup de conditions, la situation, elle est large au sens qu'il existe maintenant un côté financier et structurel du mercato qui n'est pas facile pour tout le monde. C'est pour ça qu'aujourd'hui, on cherche à organiser ce qu'on a. Je pense que ce sera une saison difficile, il y a beaucoup de choses qu'on doit voir. On dit que ce n'est peut-être pas la situation idéale mais il n'y en a pas. Il y a des choses à régler, oui, et il y a des situations où on va voir comment on va vivre avec, oui. On a des situations avec des joueurs en fin de contrat, oui. On a beaucoup de choses à voir ensemble, mais c'est comme ça. Ce ne sera pas la saison bling-bling où va dire "oui, on va gagner la Champions League." Non. Ce ne sera pas comme ça, on va chercher à se réorganiser, à revoir des choses, de reparler...

Des ambitions à la baisse ?

Non, non. Le PSG est obligé (d'être performant). Mais je dis seulement qu'on a des choses à régler.

Dybala et Matuidi dans le viseur ?

Honnêtement, on a eu beaucoup de conversations avec des clubs qui avaient aussi des situations à régler. Car si vous regardez, il y a beaucoup dans des situations similaires. Quels clubs ? Il demande beaucoup (en parlant du journaliste), il ne me laisse même pas finir (rires). On parlera de tout ça après, c'est un peu lourd et compliqué. On en parlera tranquillement.

Un PSG qui a le temps de se retourner en cas de départ de Neymar ?

Non. La condition de son départ a toujours été, vu qu'il n'y avait aucun club qui avait l'argent pour l'acheter de façon claire, d'avoir un remplaçant dans le deal et peut-être d'autres joueurs pour compléter et atteindre le montant dont j'ai parlé. On était ouvert à ça et on a toujours essayé d'avoir dans les effectifs des autres équipes quelques joueurs qui pouvaient être dans la négociation.

Voulez-vous que Neymar reste ?

Neymar est un joueur extraordinaire. Comme je l'ai dit, je ne le connaissais pas avant, je ne l'avais jamais vu et je pense qu'avec le temps, j'apprécie la personne qu'il est, je pense qu'il a vécu beaucoup de choses. C'est un joueur très connu, très important, avec les défis qui vont avec, et c'est sûr qu'un joueur comme ça est toujours important. Mais c'est normal d'avoir une relation pour avoir le meilleur de lui. Et on dit la vérité, la relation aujourd'hui n'est pas la relation la plus tranquille qui existe, c'est une relation qui est là et compliquée, il s'est passé des choses qu'on cherche à régler, à parler. On a ouvert la possibilité à son départ, mais seulement à nos conditions, et elles ne sont jamais arrivées.

On a l'impression que le Barça n'a pas l'argent pour le recruter...

Ca, c'est vous qui le dites, moi je ne sais pas (sourire). Je pense que beaucoup de clubs ont fait des opérations en début de mercato et, après, c'était plus difficile d'avoir les moyens pour chercher des choses qui, peut-être, sont sorties.

Un autre entretien est-il prévu avec le Barça ?

On n'a rien de prévu. 

Un attaquant peut-il arriver si Neymar reste ?

Je suis très content pour Choupo, qui a marqué trois buts en deux matches, c'est quelque chose de très bien. Je suis très content pour l'équipe aujourd'hui, on a vu une équipe avec un esprit très positif, un esprit de groupe, dans des conditions très difficiles. C'était le premier match de Bulka, avec Adil Aouchiche sur le terrain pour la première fois, on a vu un Dagba extraordinaire, j'ai beaucoup aimé les jeunes. On a vu des joueurs qui ont beaucoup souffert, comme Di Maria, Verratti, Idrissa Gueye qui a fait deux matches de très haut niveau depuis qu'il est arrivé.

Si Dembélé avait dit oui, est-ce que le deal avec le Barça aurait été conclu ?

Par rapport à Dembélé, je pense qu'il a su qu'il devait partir le 27 (août)... C'est plus compliqué mais, honnêtement, on n'a pas eu un "non" ou un "oui". On a eu des réactions. On a même eu des réactions publiques, mais on n'avait pas d'accord avec Barcelone pour savoir si le joueur était d'accord ou non. Si on n'a pas d'accord avec le club, on ne peut pas partir pour une négociation avec les joueurs inclus dans celle-ci. On n'a jamais eu d'accord écrit, formel, avec Barcelone pour aller plus loin.

Le Barça est-il le seul candidat pour Neymar ?

Aujourd'hui, oui."