Eyraud dézingue Aulas, le président de Rennes le trouve indécent

Eyraud dézingue Aulas, le président de Rennes le trouve indécent

Jacques-Henri Eyraud et Jacques Delanoë n'ont pas apprécié la proposition de "saison blanche" formulée par Jean-Michel Aulas en cas d'incapacité à finir la saison de Ligue 1. Les présidents de l'OM et du Stade Rennais l'ont fait savoir ce soir, dans deux styles différents.

Une saison blanche ? Jacques-Henri Eyraud n'en veut pas et l'a fait savoir ce samedi soir dans une longue et offensive tribune accordée au JDD. Le président marseillais charge Jean-Michel Aulas, qu'il accuse ni plus ni moins d'égoïsme et d'opportunisme mal placé : "Dans la période actuelle, la solidarité est le garant de notre capacité à surmonter l'épreuve du coronavirus, commence le président de l'OM. À l'échelle internationale, on peut noter les manifestations d'égoïsme de quelques grands dirigeants, faisant passer leurs intérêts particuliers au premier rang de leurs préoccupations et semblant se moquer éperdument du collectif."

Pour ceux qui avaient un doute, le président marseillais parle bien du président lyonnais : "Dans le football, nous tenons notre Líder máximo, prêt à bondir sur un virus dévastateur pour occulter la saison difficile de son club en Ligue 1. Nous connaissons la volonté obsessionnelle de Jean-Michel Aulas de défendre l'OL par tous les moyens. Mais la ficelle est cette fois un peu grosse. Est-ce vraiment aimer et respecter le football quand, sans la moindre concertation, on suggère de nier les 28 journées de championnat déjà disputées ? "

"Nos querelles de cour d'école doivent leur sembler bien dérisoires"

Le président marseillais appelle aussi à un peu de respect pour les victimes de l'épidémie : "Je pense avant tout aux victimes du Covid-19. Nos querelles de cour d'école doivent leur sembler bien dérisoires. Elles le sont. L'idée même d'exploiter cette épreuve collective à des fins d'intérêt personnel est indécente. Restons à la hauteur des valeurs du sport, sachons montrer l'exemple d'une famille qui défend l'intérêt général."

"Indécence", le mot est aussi lâché par Jacques Delanoë, le président du Stade Rennais, actuel 3e de Ligue 1 : "Personnellement je trouve cette déclaration de M. Aulas indécente, a confié le dirigeant breton sur le site de son club. Si par malheur le championnat devait s'arrêter définitivement, il me semblerait sportivement équitable que le classement soit entériné au soir de la dernière journée jouée (à date, 75% du championnat ont déjà été effectués, on est donc bien loin d'une saison blanche...). En tout état de cause il me semble également que cette décision appartient de manière collégiale à l'ensemble des compétiteurs."