Aulas après OM-OL : "Si on n'est plus dans un État de droit..."

Aulas après OM-OL : "Si on n'est plus dans un État de droit..."

C'est peu dire que Jean-Michel Aulas l'avait mauvaise après la défaite de son OL face à l'OM. De l'épisode du bus caillassé aux décisions arbitrales, en passant par l'attitude des ramasseurs de balles, jusqu'aux déclarations de Dimitri Payet, le président lyonnais a tiré à boulets rouges au micro de Canal +.

Jean-Michel Aulas a commencé son intervention au micro du CFC par un long monologue, revenant sur l'épisode du bus lyonnais caillassé avant le match : "Bien sûr que le résultat est incontestable. Par contre c'est vrai que le match a donné une image déplorable du football dans son contexte de passion, mais aussi de réaction. C'est-à-dire que quand on essaye d'impressionner avant les joueurs, les dirigeants, avec une pression non contenue..."

Aulas a ensuite poursuivi sur le thème de l'arbitrage : "Quand pendant le match, on peut citer au moins deux cas de difficultés sur le plan de l'application de la VAR puisqu'il me semble qu'il y a une main de Sanson juste avant la main qui amène le penalty et qui change le destin du match. Et puis il y a la gifle de Benedetto sur Dubois qui n'est pas du tout sifflée. Alors bravo à Marseille d'avoir su mettre une pression fantastique, d'avoir su conditionner des petits ramasseurs de balles pour qu'ils ne donnent plus les ballons, pour faire en sorte que la pression soit immense. Mais ouais c'est vrai que Marseille a gagné, on ne va pas le contester, mais il y a de grosses erreurs d'arbitrage et une pression qui est trop grande. Quand le car est cassé sur commande pour impressionner, c'est dommage. Ceci étant, cela n'enlève rien à Marseille, qui a fait un très bon match."

Aulas a quand même aimé les tifos

Relancé sur le cassage du bus "sur commande", Aulas a un peu noyé le poisson : "Moi j'ai regardé les réseaux sociaux, comme vous cette après-midi. J'ai vu qu'il y avait un certain nombre de directives qui étaient données, de rendez-vous pour attendre le car et le caillasser. Si à partir de là, les gens qui sont responsables veulent savoir qui a fait ça, ils le trouveront."

Hervé Mathoux a alors demandé à JMA s'il comptait saisir la commission de discipline : "On ne va rien demander du tout, a répondu Aulas. Le directeur général de la Ligue était présent. Pascal Garibian (le patron des arbitres, ndlr) était présent. Si le fonctionnement de la VAR ne fonctionne pas, si on n'est plus dans un État de droit qui permet au match de se dérouler dans de bonnes conditions, qui aurait peut-être permis à Marseille de gagner... Bravo à Payet, il a tout fait sur le terrain, il a marqué de beaux buts. Il a aussi donné son avis à Garcia, il a fait en sorte de bien animer la fête des 120 ans. En fait, la plus belle chose, c'était les tifos, qui étaient véritablement remarquables, on s'est régalés à voir des tifos de cette qualité-là."