Vente OM : Boudjellal ne renonce pas et lâche un nouveau tacle aux conseillers d'Ajroudi

Vente OM : Boudjellal ne renonce pas et lâche un nouveau tacle aux conseillers d'Ajroudi

Après avoir fortement taclé la communication des conseillers de Mohamed Ayachi Ajroudi vendredi matin, Mourad Boudjellal a assuré à RMC et Var-Matin qu'il ne renonçait pas pour autant à l'OM. Il en a profité pour envoyer un nouveau tacle, très violent, au clan Ajroudi.

Les supporters de l'OM vont commencer à en avoir marre. Alors que la saison reprend officiellement la semaine prochaine, Mourad Boudjellal et les conseillers de Mohamed Ayachi Ajroudi se donnent en spectacle depuis hier, à coup de déclarations fracassantes dans la presse. Un règlement de comptes qui intervient après plusieurs semaines de tapage médiatique et de tentatives vaines de racheter l'OM.

Hier matin, Mourad Boudjellal s'est attaqué, sans les nommer, à Stéphane Cohen et Marc Deschenaux, respectivement co-fondateur de Wingate et juriste travaillant pour Ajroudi. L'ancien boss du RCT assurait à RMC se désolidariser de la communication de ces deux hommes, qui ont publié plusieurs communiqués lunaires ces dernières semaines, invitant d'abord Bernard Tapie à rejoindre le projet (ce qu'il a refusé), envoyant ensuite un ultimatum à Frank McCourt, proposant enfin à la ville de Marseille d'acheter le Vélodrome.

"Quand une fille se refuse à vous, pour moi, si vous insistez, c'est un viol"

"J'estime que leurs communiqués de presse, auxquels je suis associé bien malgré moi, sont scandaleux", a lâché Boudjellal à Var-Matin ce samedi, en nommant cette fois Cohen et Deschenaux, "des menteurs" selon lui. "On ne peut pas dire que l'on est en négociation quand on ne l'est pas. Quand vous vous faites fermer la porte au nez, vous ne pouvez pas prétendre que vous êtes en négociation. Et vous ne devez pas non plus essayer de l'enfoncer avec une masse. Je ne sais pas comment se comportent ces gens-là dans leur vie privée, mais quand une fille se refuse à vous, pour moi, si vous insistez, c'est un viol", a ajouté Boudjellal, très offensif.

"Je ne suis qu'au niveau un. Je ne pense pas que Monsieur Cohen ait d'ailleurs intérêt à ce que je passe au niveau supérieur. Je ne suis pas sûr qu'il ait envie que je développe. Notamment sur les raisons de notre communication au début de notre projet de reprise", a aussi lâché Boudjellal. De son côté, Stéphan Cohen avait répondu vendredi soir à la première attaque de Boudjellal sur RMC, via un communiqué envoyé à plusieurs rédactions, dont celle de FootMercato.

Cohen répond à Boudjellal

"Je ne cherche pas à répondre à des attaques de gens aussi peu sérieux que Monsieur Boudjellal, a lâché Stéphane Cohen. J’ai malheureusement constaté que son incompétence en matière de process d’acquisition nous a fait perdre du temps en raison de sa recherche de reconnaissance médiatique, pour servir ses propres intérêts. Ses déclarations ne nous détourneront pas de notre objectif qui est de réussir à trouver un deal avec Messieurs McCourt et Eyraud. Heureusement que notre client a décidé d’écouter nos conseils et ceux de Marc Deschenaux, en écartant M. Boudjellal des discussions confidentielles qui ne peuvent subir l’exubérance et la démesure."

Boudjellal persuadé qu'Ajroudi "peut lever des milliards"

Mourad Boudjellal assure en tout cas qu'il n'a pas abandonné l'idée de participer à un projet de reprise de l'OM : "Ma déclaration du jour (d'hier) ne signifie pas que je laisse tomber l’OM ! Je répète : je n’ai pas dit que j’abandonnais l’idée d’un projet pharaonique pour l’OM. Si Ajroudi veut racheter l’OM sérieusement, il doit se séparer de ces deux conseillers. Je reste persuadé que M. Ajroudi peut lever des milliards !", a-t-il lâché sur RMC.

"Que personne ne se réjouisse, je ne sors pas du dossier, a-t-il insisté dans Var-Matin. Je fais partie d'un groupe dans lequel il y a beaucoup d'investisseurs et beaucoup sont agacés par ces deux personnes et leurs communiqués. Il faut juste que Mohamed Ajroudi comprenne que tant que deux là seront là, Frank McCourt ne discutera pas".