Messi, Neymar, Setién, Pjanic : les vérités de Bartomeu

Messi, Neymar, Setién, Pjanic : les vérités de Bartomeu

Le président du Barça Josep Maria Bartomeu s'est confié hier soir sur les ondes de la radio catalane RAC-1. L'occasion pour lui de balayer l'actualité du club barcelonais, de la fin de contrat de Messi en 2021 aux rumeurs de départ de Quique Setién, en passant par le serpent de mer Neymar ou encore le transfert de Miralem Pjanic. Morceaux choisis et traduits par nos soins.

Sur l'avenir de Messi, qui ne souhaiterait pas prolonger selon la SER

"Il a un contrat jusqu'en 2021. Normalement, on ne parle pas des discussions en cours avec nos joueurs, mais c'est évident que nous avons l'obligation de le prolonger. Messi est le meilleur joueur du monde. Qu'il ne veuille pas prolonger ? Mais ça c'est la Cadena SER qui le dit... Moi je le vois tranquille, il a déjà dit plusieurs fois qu'il voulait finir sa carrière au Barça."

Sur un retour de Neymar

"C'est peu probable comme opération parce que la situation de tous les clubs en Europe est compliquée, difficile."

Sur la continuité de Quique Setién

"Il va continuer, évidemment. Tout le monde sait que les entraîneurs dépendent des résultats, mais je suis content de l'évolution de l'équipe. Sur les deux derniers matches, j'ai senti une amélioration. Si on ne gagne pas la Liga, il y aura la Ligue des champions en août. Il faut d'abord tenter de gagner la Liga et après on verra pour la Ligue des champions. Mais je ne regrette pas du départ de Valverde. L'équipe avait besoin d'un nouveau souffle. Setién connaît l'ADN du Barça, le modèle, et il a apporté de nouvelles idées."

Le deal Pjanic-Arthur, une simple opération comptable ?

"C'est une décision sportive, avant d'être une décision économique. Le secrétariat technique l'a demandé. Pjanic est un joueur que nous voulions recruter depuis longtemps, il était très courtisé et l'opportunité s'est présentée car nous avions un joueur que la Juve voulait aussi. Mais c'est une situation exceptionnelle. Ce n'était pas pour équilibrer les comptes car sinon, nous aurions vendu d'autres joueurs pour qui nous avions des offres."