Fair-play financier : Aulas félicite le PSG et s'attaque à l'OM

Fair-play financier : Aulas félicite le PSG et s'attaque à l'OM

Alors que son OL peine à retrouver le podium, Jean-Michel Aulas a fait une sortie remarquée sur Twitter et dans les colonnes du Dauphiné Libéré, qui a publié quelques extraits de son entretien avec le président lyonnais, à paraître ce vendredi. JMA accuse notamment l'OM de ne pas respecter le fair-play financier.

L'OL se déplace à Paris dimanche, avec 25 points de retard sur le PSG. Conscient sans doute que son club ne boxe plus dans la même catégorie et ne pourra pas rattraper l'ogre parisien, Jean-Michel Aulas a décidé de s'attaquer à son vrai rival sportif, l'Olympique de Marseille, actuel dauphin du PSG.

Dans un entretien au Dauphiné Libéré à paraître ce vendredi, le président lyonnais a encensé le PSG, dont il avait pourtant passé son temps à critiquer le modèle économique ces dernières années : "Le PSG a réglé ses problèmes. Pour s’en sortir par rapport au fair-play financier, ils ont renoncé à l’accord avec leur maison mère. Ils ont bien travaillé sur le plan économique."

"Ce qui va faire la différence, c’est le président"

Une belle déclaration dont Aulas s'est ensuite servi pour se payer la tête du club marseillais : "Je remercie l’OM de me donner l’occasion de dire qu’ils sont complètement en dehors des clous du fair-play financier, avec la bénédiction de la DNCG", a-t-il lâché, avant de prévenir : "S'ils devaient terminer devant Lyon, ils devront respecter les règles du fair-play financier pour pouvoir jouer la Ligue des Champions."

Pour ceux qui en doutaient encore, Aulas n'a pas oublié ses bonnes vieilles techniques pour mettre la pression et a décidé de la jouer offensif : "Le podium est atteignable et nous allons le faire, promet-il. Nous avons des blessés mais on a une formidable équipe, un très bon entraîneur avec son staff technique. Donc ce qui va faire la différence, c’est le président. Et si le président s’engage sur le fait que nous allons refaire ce retard ça veut dire que nous avons une chance réelle."

Jacques-Henri Eyraud est prévenu, Jean-Michel Aulas est à ses trousses. Même sur Twitter, où le président lyonnais s'est félicité de son partenariat signé avec Emirates, avant d'insister sur le fait que son club était en règle avec le FFP "contrairement à d’autres qui chantent très forts en ce moment !".