Droits TV : la LFP contre-attaque et met en demeure Mediapro

Droits TV : la LFP contre-attaque et met en demeure Mediapro

Poussée dans ses retranchements par Mediapro, qui a refusé de payer sa deuxième traite d'octobre et souhaite renégocier son contrat à la baisse, la LFP a mis en demeure le groupe audiovisuel et a actionné la garantie donnée par son actionnaire chinois.

Alors que la Ligue 1 reprend ses droits ce vendredi, le conflit entre la LFP et Mediapro bat son plein. La semaine passée, le groupe sino-espagnol n'a pas payé sa deuxième traite de 172 millions d'euros à la Ligue et a fait savoir via son président Jaume Roures qu'il voulait renégocier à la baisse son contrat, censé rapporter 814 millions par an aux clubs de Ligue 1 et de Ligue 2 de 2020 à 2024.

Dans un courrier adressé aux membres du conseil d'administration de la LFP et aux clubs français (courrier dévoilé par L'Equipe), Arnaud Rouger, le directeur général exécutif de la Ligue, a détaillé la contre-attaque de la LFP. Il a ainsi commencé par confirmer que la Ligue avait souscrit un nouvel emprunt (de 120 M€ selon L'Equipe) afin de permettre aux clubs français de survivre à court terme (la LFP était censé reverser l'argent de Mediapro aux clubs le 17 octobre).

Le dirigeant a ensuite annoncé avoir mis en demeure Mediapro "de régler les échéances des 1er et 5 octobre, tout en activant la garantie donnée par la société mère du groupe Mediapro (le fonds chinois Orient Hontai Capital)". Si Mediapro ne paye pas, Rouger a confirmé qu'il faudra alors "envisager la reprise du contrat par d'autres opérateurs". Hier, Jean-Michel Aulas proposait de créer un Spotify du foot.