Villas-Boas défend Payet et s'agace des questions sur le système de jeu

Villas-Boas défend Payet et s'agace des questions sur le système de jeu

Vainqueur 3-1 de Bordeaux en 4-4-2 losange, l'OM est repassé en 4-3-3 face à l'Olympiakos et s'est incliné 1-0 dans les arrêts de jeu. Avant de défier Lorient, André Villas-Boas s'est agacé des questions sur le système de jeu de son équipe. Il a aussi tenu à défendre Dimitri Payet.

Pour Villas-Boas, le débat du système de jeu de l'OM est un faux débat. Voilà le message qu'a envoyé l'entraîneur portugais aux journalistes présents en conférence de presse à la veille de Lorient-OM. A la question de savoir s'il comptait remettre à Lorient le 4-4-2 losange utilisé face à Bordeaux, AVB s'est montré cash.

"Je vais vous répondre et j'espère que ma réponse va être claire. Je n'en peux plus de vos questions sur le système. Le système est celui que je veux. Le problème, ce n'est pas le système, ce sont les autres choses. Nos prestations individuelles ont baissé, elles doivent remonter, mais ça c'est de ma responsabilité. Vous pouvez me pointer du doigt pour ça. Parler de systèmes tout le temps... Vous savez qu'avec moi vous pouvez être ouvert et que je vais donner des explications, mais je n'en peux plus des questions sur le système."

"Payet est au même poids que l'année dernière"

Villas-Boas a aussi été interrogé sur la condition physique de Dimitri Payet et sur ses récentes performances et a semblé là aussi un brin agacé : "C'est curieux parce qu'on a toujours le bien et le pire dans ce cas-là. L'année dernière, quand il était au top, Dugarry avait parlé de génie du foot. Quand nous sommes bien, nous sommes de jolis monstres, quand nous sommes moins bien, nous sommes des monstres horribles", a lâché AVB.

Il a ajouté sur le Réunionnais : "Evidemment qu'il veut augmenter ses prestations individuelles. Il a un objectif fixé en interne pour revenir à une meilleure condition physique. Hier, il a choisi de s'entraîner avec ceux qui n'avaient pas joué la veille. Alors il sait précisément ce qu'on veut de lui et on est ici pour l'aider. Au moment où la communication sociale et les supporters veulent tuer tout le monde, moi je suis ici pour soutenir mes joueurs, que ce soit Payet, Benedetto ou tous les autres qui restent sur de mauvaises prestations individuelles."

Relancé sur le possible surpoids du numéro 10 marseillais, Villas-Boas a assuré que Payet était "au même poids que l'année dernière".