Livescore Transferts France Étranger Coupes d'Europe International

Stéphan, Nzonzi, Pinault : pourquoi Létang a été viré du Stade Rennais

stephan-nzonzi-letang
Publié le 07/02 par Fabien Borne Icon Sport

En poste depuis novembre 2017, Olivier Létang a quitté la présidence du Stade Rennais ce vendredi, à la surprise générale. Rapidement, plusieurs médias ont partagé leurs infos sur les raisons de ce départ, qui est bien une éviction.

"Je vous quitte évidemment à contrecœur, mais je ne vous oublierai pas". Dans ses mots publiés sur le site officiel du Stade Rennais, Olivier Létang n'a pas clairement dit qu'il avait été viré, mais on a bien compris que s'il partait à contrecoeur, c'est qu'on lui avait montré le chemin de la sortie. Selon RMC, Le Parisien ou encore France Football, c'est bien le cas. La décision aurait été prise par François Pinault, le big boss, et non son fils, François-Henri.

Stéphan plutôt que Létang ?

Comment expliquer cette soudaine décision de virer le président alors que tout va pour le mieux sportivement ? Selon RMC et France Football, la raison principale concerne la fraîche relation qu'entretenaient Julien Stéphan, le coach, et Olivier Létang, le président. La famille Pinault aurait décidé de trancher en faveur du coach, même si dans l'entourage de l'actionnaire, on dément cette théorie.

"Ce n’est pas un choix en faveur de Julien Stéphan et c’est surtout un changement de cap interne avec une réorganisation interne du club sans Olivier Létang. Une réorganisation nécessaire pour apaiser l'état d'esprit de certains collaborateurs, pour la direction sportive, le recrutement mais aussi le centre de formation", a ainsi assuré l'entourage de l'actionnaire, que nous ne sommes pas obligés de croire, à RMC.

Le salaire de Nzonzi, la goutte d'eau qui a fait déborder le vase ?

Le timing reste quand même douteux et difficile à croire que le différend avec Stéphan soit l'unique raison. Le Parisien avance un autre argument, qui a plus de sens pour justifier cette soudaine décision : l'arrivée vendredi dernier de Steven Nzonzi, qui touche près de 400 000 euros brut par mois selon L'Equipe. Le quotidien francilien explique que le président rennais avait été averti depuis plusieurs semaines par ses actionnaires du périmètre financier à ne pas dépasser.

Poussé par l'ambition d'accrocher une place en Ligue des champions, l'ancien directeur sportif du PSG n'en aurait pas tenu compte à plusieurs reprises et la signature du champion du monde français, sous forme de prêt gratuit d'ailleurs (mais avec son gros salaire à payer), aurait ainsi été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase de la famille Pinault.

Les prochains jours devraient nous apporter leur lot de nouvelles révélations sur ce dossier.