Rumeurs
Officiel

Quand Laszlo Bölöni menace un journaliste

Laszlo Bölöni (FC Metz)
Publié le par Clément Vales Icon Sport

Une nouvelle fois défait par l’Olympique Lyonnais (1-2) en ouverture de la 23ème journée de Ligue 1, le FC Metz n’en finit plus de s’enfoncer. Signe du peu de sérénité régnant chez l’avant-dernier du championnat, la réaction de son entraîneur, Laszlo Bölöni, à l’encontre d’un journaliste en conférence de presse.

Les Grenats sont dans le dur. Renversé à domicile par l’OL après avoir ouvert le score (1-2), Metz vient de porter à dix rencontres son nombre de matches consécutifs sans le moindre succès en Ligue 1. Une énième contre-performance qui a provoqué l’ire de certains supporteurs, décidés à manifester ostensiblement leur mécontentement en envahissant le terrain après le coup de sifflet final. En réaction à ce contexte tendu, Mathieu Udol a assuré "comprendre la situation tendue. Je ne la justifie pas, j’espère qu'il y aura plus de calme. Mais je la comprends. On est arrivé à un stade où l’on fait abstraction de ce qu’il se passe autour, même s'ils nous ont encouragés en première période". Si le capitaine messin est resté calme après la rencontre, ce n’est pas le cas de son entraîneur, Laszlo Bölöni.

"Tu mérites une gifle"

Visiblement échaudé par les questions récurrentes d’un journaliste de Canal+ à son égard, le technicien roumain s'est directement confronté à son interlocuteur à l’issue du point média, arborant une attitude quelque peu menaçante. "Écoute-moi ! Quand tu poses des questions si stupides, si provocatrices… ‘Quand est-ce que tu vas être viré?’ C’est pratiquement ce que tu demandes. Et tu rigoles !", a d’abord apostrophé Bölöni, tout en prenant soin de cacher la caméra. Ce à quoi notre confrère a répondu : "Non ! Je ne voulais pas vous vexer Monsieur. Ce n’est pas le but." "Tu mérites une gifle mais…", a lâché le coach de 70 ans, tout en rebroussant chemin.

Le FC Metz se rendra à Nantes dimanche prochain (15h), avant de recevoir la lanterne rouge clermontoise le week-end suivant, pour le match de la peur.


Mon action favorite ? Un une-deux entre les bords de la Garonne et les potreros du Río de la Plata. Supporter du TéFéCé et socio d'Argentinos Juniors. 

Photo de Clément Vales