L’OM version Frank McCourt est à l’aube de son premier mercato et a bien conscience que pour rivaliser avec ses concurrents, il lui faudra offrir des salaires dignes de ce nom. C’est en tout cas ce qui ressort de l’intervention de Jacques-Henri Eyraud ce matin dans les colonnes de l’Equipe.

Comme vous l’avez peut-être lu sur le site ou directement sur celui de l’Equipe, le quotidien français a consacré une édition spéciale aux salaires des différents acteurs de la Ligue 1 ce vendredi.

Quatrième plus gros masse salariale du championnat de France (130 000 € de salaire moyen mensuel brut), l’OM reste l’un des meilleurs payeurs du championnat (voir Top 10 des plus gros salaires de l’OM), mais est encore très loin du PSG (470 000 € de salaire moyen mensuel brut) et de l’AS Monaco (198 000 € de salaire moyen mensuel brut), qu’il espère concurrencer sportivement d’ici quelques mois.

Pour y parvenir, McCourt et son équipe savent qu’ils devront obligatoirement être plus généreux que MLD en matière de salaires pour attirer de grands joueurs. Ce qu’a bien compris Jacques-Henry Eyraud, le nouveau président de l’OM.

Pas de salary cap pour l’OM de McCourt

« Il n’y aura pas de salary cap (salaire plafond, comme à l’ASSE, ndlr). On fera au cas par cas et on gérera de manière rigoureuse, a-t-il confié dans l’Equipe. Est-ce qu’on sera capables de donner des salaires équivalents à ceux du PSG ou de Monaco ? Vous verrez bien. La seule chose que je peux vous dire, c’est qu’il faut être compétitifs dans ce domaine si on veut jouer les premiers rôles. Interprétez-le comme vous voulez. »

Si l’OM n’égalera sans doute jamais la masse salariale du PSG, il devra à n’en pas douter offrir de gros émoluments à certaines recrues phares. Comme Nice a su le faire avec Mario Balotelli en lui offrant 450 000 € brut par mois.